Régulation

A l’ONU, le premier ministre maltais fait les louanges des cryptomonnaies

01 Oct 2018 - 17:21

Malte est un des pays pionniers dans la législation des technologies blockchain. De nombreuses sociétés spécialisées s’y sont installées, comme Binance.

Le Premier ministre maltais, Joseph Muscat, a déclaré que les monnaies cryptographiques sont « l’avenir inévitable de l’argent » et que la technologie blockchain est de nature à rendre une société plus transparente et équitable. Le Premier ministre a fait ses remarques dans un discours adressé dans le cadre du débat général de la 73ème session de l’Assemblée générale de l’ONU le 27 septembre.

Les cryptomonnaies, « l’avenir inévitable de l’argent »

Il a défendu avec détermination l’impact politique et transformateur des technologies de pointe, affirmant que ceux qui « associent la nouvelle économie numérique à un nouvel État – un État numérique » seront les mieux placés pour « créer une société durable » :

« La blockchain rend les cryptomonnaies l’avenir inévitable de l’argent, plus transparent puisqu’il aide à filtrer les bonnes entreprises des mauvaises entreprises. Mais ces technologies de registres distribués peuvent faire beaucoup plus. »

Le Premier ministre a fait valoir que les technologies de registres distribués – dont la chaîne de blocs est un type – transformeront tous les systèmes politiques, civiques et d’entreprise. Leur capacité à résoudre des « problèmes vieux de plusieurs décennies » a incité Malte à « se lancer en tant qu’île de la blockchain », a-t-il dit, affirmant que le pays était « la première juridiction mondiale à réglementer [la] technologie », en le tirant d’un « vide juridique ».

Des défis à relever

Le Premier ministre maltais a affirmé que les registres distribués peuvent faire en sorte que « personne ne soit privé de ses biens légitimes en raison de données compromises « , que les entreprises  » deviennent plus responsables devant leurs actionnaires  » et que les États  » passent d’une accumulation d’informations sur leurs citoyens à un environnement où les citoyens ont confiance dans le traitement de leurs propres données « .

Dans le domaine des soins de santé, ce système garantirait aux patients  » la propriété réelle de leur dossier médical  » et rendrait l’administration plus solide et plus efficace, avec des conséquences de grande portée – un système blockchain pourrait, par exemple,  » vérifier si l’aide humanitaire est parvenue à destination « , a-t-il dit.

Le premier misitre a néanmoins reconnu la résistance que ces nouvelles technologies pourraient rencontrer, notant que :

« Cette transition rapide et évidente vers une économie et une société numériques pose des défis. Ces défis sont liés à la nature même des concepts qui, selon nous, resteraient à jamais avec nous (…) mais les solutions ne viennent pas en fermant les portes. »

d’après cointelegraph

Condensé de L'actu Crypto

Recevez le top 3 de l'actualité crypto chaque dimanche