Arrestation d’une femme soupçonnée d’avoir financé Daesh avec du Bitcoin

Une femme new-yorkaise aurait blanchi plus de 85 000 dollars en Bitcoin pour soutenir le groupe État Islamique.

Zoobia Shahnaz, technicienne hospitalière âgée de 27 ans, a été accusée de fraude bancaire, de tentative de blanchiment d’argent et de trois autres chefs d’accusation de blanchiment d’argent. Shahnaz aurait ainsi fraudé de nombreuses institutions financières et obtenu plus de 85 000 $ de profits illicites, qu’elle aurait converti en bitcoin et autres devises cryptographiques. La femme aurait ensuite transféré les fonds à des entités fictives au Pakistan, en Chine et en Turquie qui étaient en définitive destinés à l’organisation terroriste.

Les procureurs en charge du dossier ont rapporté que Shahnaz s’était portée volontaire pour travailler avec la Syrian American Medical Society en Jordanie au mois de juin 2016. Elle a passé deux semaines à Amman, la capitale jordanienne, et dans le camp de réfugiés de Zataari, un endroit « où l’État Islamique exerce une influence significative », puis est retournée aux États-Unis. Elle aurait par la suite demandé six cartes de crédit, qu’elle utilisait pour acheter des cryptomonnaies.

Après avoir effectué ces transactions financières, la suspecte aurait cherché à se rendre en Syrie. Elle a été interrogée par les forces de l’ordre à l’aéroport international John F. Kennedy en tentant de monter à bord d’un vol pour le Pakistan. Les procureurs ont indiqué que son itinéraire comprenait une escale de plusieurs jours à Istanbul, en Turquie, un point d’entrée commun pour les personnes venant des pays occidentaux pour rejoindre les rangs du groupe État Islamique en Syrie.

Si elle est reconnue coupable, Shahnaz risque 20 ans de prison pour chacune des accusations de blanchiment d’argent et jusqu’à 30 ans pour fraude bancaire.

« Selon les allégations, l’accusée s’est livrée à un stratagème de fraude bancaire, a acheté du bitcoin et d’autres cryptomonnaies et a blanchi de l’argent […], dans l’intention de mettre des milliers de dollars dans les coffres des terroristes », a déclarée Bridget Rohde, procureure des États-Unis pour le district de l’Est de New York. « L’acte d’accusation reflète la volonté de ce bureau, conjointement avec nos partenaires des forces de l’ordre, d’enquêter et de poursuivre quiconque chercherait à aider les terroristes, y compris ceux qui commettraient des crimes financiers, à le faire. »

« La Syrie est un pays déchiré par la guerre, mais l’individu de cette enquête était si déterminé à aider l’ISIS qu’elle aurait planifié une entrée clandestine et illégale en Syrie “, a précisé William F. Sweeney Jr, directeur adjoint responsable du FBI.« Le FBI New York Joint Terrorism Task Force a empêché cette femme d’atteindre son objectif dangereux et potentiellement mortel. Nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour empêcher la prochaine personne d’espérer faire de même. »

[adblockingdetector id=”5bbf1a00ae440”]

D’après Blocktribunes

Commentaires

Curabitur dolor. Lorem in risus pulvinar neque. suscipit nec
Partagez
Tweetez
Partagez