Binance blacklisté en Russie

 Binance blacklisté en Russie

Binance blacklisté en Russie

Binance figure désormais sur la liste noire du régulateur russe Roskomnadzor, le Service fédéral de surveillance des communications, des technologies de l’information et des médias.

Binance dans l’oeil du régulateur russe

Le 24 septembre, Binance a annoncé via son groupe Telegram qu’il avait été informé par Roskomnadzor de l’ajout de son domaine à la liste des sites Web contenant des informations interdites à la distribution en Russie. Les «informations interdites» étant définies par le gendarme financier comme des instructions relatives à l’acquisition d’actifs numériques comme le Bitcoin. L’exchange serait donc accusé d’avoir diffusé des données considérées comme non autorisées en Russie. La plateforme précise qu’elle n’en a pas été informée préalablement alors que la mesure serait en vigueur depuis le 2 juin. En l’état, elle continue de proposer ses services aux résidents russes sur conseil de ses avocats.

Par le passé, nous n’avons reçu aucune notification de la part des services de police ou du gouvernement civil, ou des autorités judiciaires concernant l’existence de réclamations ou de décisions de justice »,

La bourse d’échange crypto est en effet toujours accessible aux citoyens russes. Et, pour le moment, l’intention du régulateur reste floue quant à l’interdiction ou pas du site sur le territoire.

La Russie resserre son étau sur les cryptomonnaies

L’annonce de Binance intervient au moment même où  le ministère des Finances avancent de nouvelles propositions  plus strictes en matière de cryptomonnaies. La future réglementation obligerait notamment les exchanges à fournir aux autorités fiscales toutes les informations relatives aux transferts de fonds et de cryptomonnaies lorsque les transactions sont opérées par des citoyens russes. Des ressources précieuses pour renforcer la surveillance en permettant d’identifier les utilisateurs, grâce aux détails de paiement et aux adresses IP. Il s’agit d’éviter, selon la parole officielle, que cette classe d’actifs servent à « des fins d’évasion fiscale, de blanchiment d’argent et d’activités illégales » . Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que la Russie tente de criminaliser les activités liées à l’univers des cryptomonnaies. Elle est même coutumière du fait, ce qui peut conduire à des situations ubuesques. Ainsi, par exemple, voler du Bitcoin n’est pas illégal. puisqu’il n’ a pas de statut juridique.

Binance n’est pas le seul sur la sellette. Le site LocalBitcoins connaîtrait également des difficultés d’accessibilité depuis quelques jours.

Il est à noter que ce n’est pas la première fois que Binance figure sur la liste noire d’un pays. La Malaisie et le Brésil l’ont déjà mis à l’index.

Nathalie E.

Nathalie E.

Littéraire open source. Mon credo : contribuer à populariser le monde des cryptos et à encourager sa mixité.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1,169