La Blockchain pourrait améliorer la qualité des reportings financiers

L’une des applications de la Blockchain pourrait être l’établissement des comptes des entreprises.

En raison de ses caractéristiques, de nombreuses entreprises envisageraient la possibilité de gérer leurs fonctions comptables et financières par le biais de la Blockchain, selon OliverBlake du site cpapracticeadvisor. Concrètement, cette technologie peut être utilisée pour signer des contrats ou payer des factures en les enregistrant dans une base de donnée unique avec une fiabilité et une transparence renforcée.

Généralement, l’architecture informatique utilisée pour les différents états financiers d’une entreprise prévoit que les informations soient échangées entre plusieurs systèmes informatiques. Ceci fonctionne comme une transaction qui doit être suivie tout au long du processus de reporting, et certifiée à chaque étape.

Des méthodes de reporting complexes

La production d’un reporting financier implique généralement plusieurs systèmes informatiques, chacun dédiés à une tâche particulière et chargé d’élaborer des données spécifiques qui, avec les données issues de tous les autres systèmes, sont rassemblées pour générer l’information finale requise.

Par exemple, comme l’indique le site themarketmogul, dans l’architecture comptable d’une banque les informations sont copiés dans les bases de données de tous les autres systèmes informatiques concernés. Ils sont scindés, enrichis d’autres attributs (par exemple : paramètres de risque de crédit, dépréciation, valeur de marché etc…), certifiés et recopiés jusqu’à ce qu’ils soient réassemblés dans les systèmes chargés de produire le reporting financier.

Ces systèmes peuvent inclure plusieurs bases de données qui doivent être alimentées séparément, exposant l’entreprise à des situations critiques, comme par exemple:

– Un désalignement entre les bases de données de chaque système informatique en ce qui concerne les enregistrements à analyser.
– En cas de mise à jour ultérieure des informations dans un seul système, la mise à jour doit être reflétée également dans toutes les bases de données des autres systèmes afin d’en assurer la “synchronisation”.
– La possibilité de perdre des données lorsque des informations sont échangées entre les bases de données.

Néanmoins, ces risques peuvent être atténués en utilisant la technologie de la Blockchain.

Qu’est ce que la Blockchain pourrait apporter ?

Chaque système informatique impliqué dans le processus de reporting peut être considéré comme un utilisateur effectuant une transaction. Au lieu d’échanger des Bitcoins, ces utilisateurs s’échangent des données contenant des informations via la Blockchain.

Ainsi, après validation de la transaction par la Blockchain, l’information connexe est convertie dans un protocole qui rendra impossible la duplication et l’échange entre les systèmes informatiques. La façon dont les systèmes transfèrent ces enregistrements de données l’un à l’autre est la même que celle dont les Bitcoins sont transmis entre deux personnes.

Dans l’exemple cité par themarketmogul, dans l’architecture comptable d’une banque, le moteur de paramétrage du risque de crédit reçoit un enregistrement de données des archives. Il enrichit le dossier avec les informations relatives aux paramètres de risque et le transfère directement dans la base de donnée adéquate pour nourrir les calculs nécessaires à la production d’un état financier. Cette transaction est enregistrée dans un ledger, dont une copie est disponible pour tous les autres systèmes impliqués dans le processus de reporting, en attendant d’être certifiée par les utilisateurs.

Ainsi, il n’ y aurait qu’une seule base de données accessible à tous les utilisateurs qui travaillent sur le processus de reporting, assurant ainsi une harmonie et une fiabilité renforcée.

La Blockchain serait donc susceptible d’améliorer l’efficience des processus d’élaboration des reporting et d’audit financier. L’implémentation de cette technologie devrait néanmoins d’abord passer par la mise en place de standards communs selon le cabinet d’audit et de conseil Deloitte, dans son rapport Tech trends 2018.

 

CryptoActu se veut être un média particulièrement objectif et impartial dans ses propos. Les règles éditoriales que nous avons mises en place interdisent à l’équipe rédactionnelle de conseiller des mouvements et des positions de trading ou d’investissement.

Commentaires

Dans le même thème

Advertisment ad adsense adlogger