SWIFT « entièrement heureux » de son essai avec la technologie blockchain

SWIFT, à l’origine du réseau interbancaire du même nom, a publié les résultats de son proof of concept des registres distribués, et les résultats seraient particulièrement concluants.

Basé sur la chaîne de blocs Hyperledger Fabric (géré par la fondation Linux), l’essai de SWIFT débuté il y a presque un an s’est concentré sur l’utilisation de comptes nostro – des comptes bancaires appartenant à une banque au sein d’une autre banque -. La preuve de concept visait à y tester les nombreux transferts interbancaires, en se penchant particulièrement sur la façon dont le dispositif pourrait répondre aux exigences en matière de gouvernance, de sécurité et de confidentialité des données liées au processus de rapprochement nostro.

« Nous sommes entièrement heureux »

Selon Damien Vanderveken, responsable de la recherche et du développement chez SWIFT, le test a fourni un aperçu des points forts et des limites de la migration d’un tel programme vers une technologie décentralisée.

« La sandbox DLT [ndlr: essai des registres distribués] nous a permis de contrôler l’accès, de définir et d’appliquer les privilèges des utilisateurs, de séparer physiquement les données confidentielles et de ne les stocker qu’avec les parties concernées, tout en soutenant un cadre d’identité solide en reliant tous les participants à leur BIC et en faisant signer toutes les clés par une autorité de certification SWIFT. »

« Beaucoup de choses que nous ne pouvions pas faire avant, nous pouvons le faire maintenant », a-t-il dit par la suite à CoinDesk. « Il y a certaines choses que nous n’avons pas pu faire, mais c’est juste une question de temps avant qu’elles ne soient possibles et nous sommes entièrement heureux. ». Toujours selon le responsable, d’un point de vue technologique, « les progrès par rapport à il y a un an sont énormes et fantastiques ».

Toujours un problème: le nombre de transactions

Toutefois, le rapport expose également les limites des capacités de transaction que les solutions actuelles de chaînes de blocs peuvent prendre en charge, compte tenu du fait qu’à une échelle commerciale, le système en question devrait être capable de gérer un nombre de canaux bien supérieur à celui éprouvé par les tests.

« Si vous avez tant de canaux, il devient alors plus compliqué de faire un certain nombre de choses » explique M. Vanderveken.

d’après coindesk

En rapport avec votre lecture

CryptoActu se veut être un média particulièrement objectif et impartial dans ses propos. Les règles éditoriales que nous avons mises en place interdisent à l’équipe rédactionnelle de conseiller des mouvements et des positions de trading ou d’investissement.

Commentaires

  • Olivier Droz

    Beaucoup de choses… Certaines choses… Un certain nombre de choses … … Après les fake news, voici la vague des lunes (lengthy useless news). Trop dingue

Advertisment ad adsense adlogger