Bogota : la blockchain et Bitcoin au programme

 Bogota : la blockchain et Bitcoin au programme

La capitale de la Colombie vient de lancer un programme d’apprentissage populaire portant sur les nouvelles technologies. La blockchain est l’une des thématiques abordées et le Bitcoin y figure dès le texte de présentation.

Une initiative politique

Ce programme de cours en ligne, gratuit et accessible aux résidents dès 14 ans, a été mis au point sur l’initiative de la maire, Claudia Lopez. Entrée en fonction depuis janvier 2020, l’édile de centre gauche, a bataillé ferme pour imposer ses idées, notamment sur la lutte contre la corruption (fléau endémique de la Colombie).

Dans ce combat essentiel aux yeux d’une population lasse des abus qui gangrènent la société colombienne depuis des lustres, la blockchain figure en bonne place comme technologie susceptible d’introduire plus de transparence et de traçabilité dans les opérations financières. Le très contesté président, Ivan Duque, en avait fait l’un de ses chevaux de bataille lors de sa campagne. Mais a priori, le roulement de tambour tonitruant « El futuro es de todos » (l’avenir est pour tout le monde) n’a pas été suivi de beaucoup de réalisations. S’il est discrédité, la maire de Bogota (considérée comme le deuxième personnage de l’Etat) elle, bénéficie de la prime aux nouveaux entrants. Son profil atypique dans un pays de tradition ultra conservatrice (machiste et catholique) et son audace peu commune – elle a gagné la mairie malgré son homosexualité assumée – crée des attentes et des espoirs de rupture chez ses administrés.

“Aujourd’hui, Bogota a voté non seulement pour que la ville change dans les quatre années à venir, mais aussi pour que cette génération change notre société.”

Cette déclaration faite au moment de sa victoire électorale n’est peut-être qu’une promesse politicienne mais en attendant, elle engage des projets qui vont dans ce sens.

Le programme «Bogota Aprende TIC»

Ce programme offre un large éventail de contenus pédagogiques. Outre la blockchain, sept autres sujets sont traités. Ils vont de l’Internet des objets  au Cloud Computing, en passant par l’Intelligence Artificielle et le Big data.  L’expérience immersive, l’architecture événementielle  et la Gig economy (l’économie des petits boulots liée principalement aux plateformes collaboratives) complètent la panoplie.  Chaque innovation donne lieu à des cours d’une durée de 4 semaines distribués en deux niveaux, débutant et intermédiaire.

Pour ce qui concerne le sujet de la blockchain, le texte d’appel évoque d’emblée le Bitcoin. Il y est question de son utilisation et il semble, ce qui est rare pour un topo dirigé vers le grand public, n’être considéré ni comme un pestiféré ni comme un contre-exemple. Ce serait à voir dans le détail, mais la sobriété du propos est encourageante.  Pour tout dire, ce serait même un exploit dans un pays où le Bitcoin a systématiquement été associé à l’économie souterraine liée au cartel de la drogue.

Quoi qu’il en soit, l’initiative visant à éduquer la population aux innovations technologiques est à saluer. Il ne s’agit certes que de 16 petits modules mais on le sait, ce sont les petits pas qui finissent par faire les grands sauts.

Nathalie E.

Nathalie E.

Littéraire open source. Mon credo : contribuer à populariser le monde des cryptos et à encourager sa mixité.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1,139