Cryptomonnaies

Brésil – Les escroqueries aux cryptomonnaies inquiètent le député Aureo Ribeiro

23 Oct 2019 - 09:57

Une commission d’enquête parlementaire officielle, chargée d’investiguer sur les fraudes aux cryptomonnaies verra le jour prochainement d’après la demande effectuée par le député brésilien Aureo Ribeiro au Parlement. La commission mènera notamment des investigations très poussées, en ciblant particulièrement les crypto-entreprises et les entreprises de trading.

[the_ad_placement id= »nexo-button »]

Des investigations spéciales pour les crypto-activités

Le député Aureo Ribeiro vient de soumettre une demande d’ouverture d’une commission d’enquête parlementaire officielle concernant l’utilisation des cryptomonnaies à des fins illicites sur le territoire brésilien. Fortement engagé dans la lutte contre les fraudes aux cryptomonnaies, Aureo Ribeiro s’est attelé sur un projet de loi crypto-réglementaire depuis quatre ans. Afin de convaincre les parlementaires, il n’a pas hésité à recourir à une pétition pour démarrer une IPC, soit une commission d’enquête parlementaire ciblant les entreprises qui cherchent à arnaquer les investisseurs à partir des émissions illicites de cryptomonnaies ou autres stratagèmes de Ponzi.

Alors qu’il effleurait les 250 signatures dans sa pétition en vue de présenter l’IPC au conseil d’administration, Aureo a voulu accélérer les procédures afin de limiter les dégâts. Par ailleurs, il a récemment publié une vidéo déclarant que « la pyramide financière avait déjà impacté quatre millions de personnes » avant de communiquer à son adjoint son projet de contacter le conseil par téléphone.

Une épidémie de systèmes pyramidaux

Le Brésil est un grand consommateur de produits issus de l’industrie crypto. En 2017, près d’1,5 million d’investisseurs ont tokénisé leurs fonds à travers le Bitcoin. Kenzo Tominaga, le fondateur d’Atomic Fund, une plateforme de fonds de couverture de cryptomonnaies basée en Amérique latine a qualifié le secteur crypto comme une alternative pour les épargnants voulant s’affranchir du système financier traditionnel.

« Les Brésiliens ne font pas confiance en leur gouvernement et ont tendance à adopter rapidement les nouvelles innovations technologiques. Les cryptomonnaies permettent de se rebeller contre le système financier tel qu’il est établi, et elles sont nées de l’Internet – voilà pourquoi elles suscitent un tel engouement dans le pays, » a-t-il déclaré.

Cependant, l’image rebelle des cryptomonnaies permet également aux arnaqueurs de profiter des lacunes de réglementation, ce qui a poussé Aureo Ribeiro à se lancer dans une véritable chasse aux sorcières. Au mois de septembre, l’élu a ainsi sollicité une audience à la Chambre pour scruter des dossiers chauds accusant des sociétés telles qu’Atlas Quantum ou encore Trader Group, dans la pratique de systèmes pyramidaux au sein de leurs activités.

Dans le document relatant la nature illégale des opérations d’Atlas Quantum, le membre du congrès cite :« Atlas Quantum a publié le 18 septembre une vidéo montrant un solde de cryptomonnaie de plus de 54 millions de dollars (au prix actuel) qui aurait été retenu sur trois comptes de l’exchange HitBTC. Mais l’exchange a nié cela au travers de son profil Twitter officiel de 2 octobre 2019, et informait les investisseurs qu’Atlas Quantum ne laissait aucun fond bloqué sur la plateforme. HitBTC a en outre déclaré que la vidéo était fictive et que l’équipe d’Atlas n’avait formulé aucune demande d’aide formelle. Après la grande couverture médiatique de l’affaire, Atlas Quantum a présenté un rapport d’audit qui aurait attesté de la quantité de Bitcoin et de stablecoin en sa possession. »

En outre, il a réitéré l’urgence de la mise en place de la commission.

[the_ad_placement id= »footer-temporaire »]

Condensé de L'actu Crypto

Recevez le top 3 de l'actualité crypto chaque dimanche