Un document de la Banque Centrale chinoise remet en cause les crypto-activités (à Shanghai)

 Un document de la Banque Centrale chinoise remet en cause les crypto-activités (à Shanghai)

Dans un document officieux initialement partagé sur le média social Weibo, la Banque Centrale de Chine BCOP aurait exhorté les autorités de contrôle financières de chaque district de Shanghai d’inspecter les diverses activités liées aux cryptodevises dans le but d’ériger de nouvelles réglementations. Le document mentionne notamment des enquêtes autour des exchanges et des projets d’ICOs transfrontaliers.

Plus de sévérité vis-à-vis des acteurs en cryptomonnaie à Shanghai ?

Alors que le gouvernement a lancé une campagne nationale pour l’expansion à grande vitesse de la blockchain dans l’ensemble du pays, les activités spéculatives autour des jetons numériques ont profité de l’occasion pour refaire surface. D’après un document baptisé « Mise en œuvre du service de change virtuel » distribué sur des groupes WeChat et retrouvé plus tard sur Weibo.com, le Bureau de la Mutualisation de l’or du siège de la Banque Centrale de Shanghai et du Bureau commun pour la stabilité financière des municipalités, aurait sollicité les régulateurs de chaque district de Shanghai pour l’inspection des différents services en rapport avec les cryptomonnaies. Cette mesure vise à limiter les activités de spéculation et à prendre de nouvelles dispositions pour le développement de la technologie. Authentifiée par Caixin quelques heures plus tard, ce document ciblerait notamment les plateformes qui continuent d’offrir des services d’émissions de jetons initiaux (ICOs) et de trading d’actifs numérique vers les monnaies fiduciaires. Ces activités, bien que bannies depuis deux ans, continuent de fasciner les investisseurs ignorant les risques liés aux spéculations.

La chasse aux ICOs est ouverte jusqu’au 22 novembre

L’avis appose une date limite aux autorités de contrôles financiers de Shanghai pour rapporter les résultats de l’enquête à la Banque centrale. Dans cette perspective, les responsables ont jusqu’au 22 novembre pour dénicher toutes les informations concernant les entités proposant du trading crypto vers des monnaies fiduciaires, mais aussi des entités effectuant des ICO.

« Veuillez terminer les travaux de cartographie avant le 22 novembre 2019. Dès que vous trouvez une société Internet exerçant les activités susmentionnées liées à la monnaie virtuelle, soumettez-la immédiatement au bureau conjoint pour la stabilité financière municipale (le Bureau de la surveillance financière municipale locale) et au siège de la Banque populaire de Chine à Shanghai, et exhortez-la à remédier immédiatement à la situation et à se retirer », cite le document.

 

La Chine veut d’une cryptomonnaie « nationale »

Si le président chinois Xi Xinping avait encouragé son peuple à mettre la blockchain au cœur de la révolution technologique du pays, son opinion sur les cryptomonnaies ne semble pas forcément aller dans le même sens. En effet, le président ainsi que les autorités financières (Banque centrale) estiment que le potentiel de cette technologie financière ne serait bénéfique que sous la forme d’une monnaie digitale « nationale »… c’est-à-dire sous le contrôle du gouvernement ! Soulignons que les travaux préliminaires concernant ce crypto-yuan ont été lancés depuis des années. Cependant, les autorités s’attendent à ce que sa mise en circulation soit exemptée de toute concurrence. Pour toucher cet objectif du doigt, les adversaires redoutables tels que Bitcoin et autres altcoins, susceptibles d’attirer l’attention du public, doivent êtres rayés de la carte chinoise.

➡️Suivre CryptoActu sur Telegram et sur Youtube

[the_ad_placement id= »footer-temporaire »]

Luke M

Luke M

Je suis Luke, économiste de formation. L’univers de la cryptomonnaie m’est devenu familier au cours des années d’expérience où j’ai pu piocher dans le monde des affaires à travers la richesse des mots. C’est une thématique où le métier de rédacteur retrouve pleinement son sens.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1,181