Sponsoring

Crise de l’euro : L’euro va disparaitre dans les années à venir ! Preuves à l’appui

21 Août 2020 - 08:30

L’euro va disparaître, pour laisser place à une monnaie sur laquelle nous aurons davantage de contrôle. Cette crise de l’euro sera le début d’une nouvelle aire financière. Qui va prendre le relais ? On en parle ici.

Cet article promotionnel vous est proposé par Jonathan Nowak.

Mais avant cela, si vous souhaitez découvrir mes stratégies qui me permettent de faire fructifier mon argent en automatique, cliquez sur ce lien : https://www.fructify.io/cadeaux. Inscrivez-vous, pour recevoir gratuitement une série de 5 vidéos gratuites.

Le peu de chance de survie des monnaies papier

Non, vous ne vous trompez pas et vous avez bien lu le titre : l’euro va bientôt disparaître. Je n’avance pas cette affirmation gratuitement, j’ai des preuves. Et je vais vous expliquer la raison pour laquelle j’affirme cela. La crise de l’euro apparaîtra sur le long terme. Il se peut que cela soit dans quelques années ou d’ici quelques décennies. Quel impact cela aura-t-il sur l’économie en général ainsi que sur notre argent ? 

Commençons par parler des monnaies fiduciaires – à savoir les devises telles que les euros et dollars. Ces dernières sont vouées à disparaître. En effet, selon des sources sûres, plus de 3 400 monnaies fiduciaires ont existé et elles ont toutes échoué. Selon les mêmes sources, l’espérance de vie de ces monnaies est d’environ 27 ans. L’euro en papier a été créé en 2001 – 2002. Cela signifie, si l’on croit à cette moyenne, que la crise de l’euro arrivera vers l’année 2030. 

Une seule monnaie a duré plus de 300 ans et il s’agit de la livre sterling britannique. En revanche, la valeur de cette monnaie est relative. En effet, à sa création elle valait 12 ponces d’argent. À ce jour, elle ne vaut que 0,5% de sa valeur. Ce qui signifie en somme que la monnaie la plus fiable et la plus viable dans ce monde a déjà perdu 99% de sa valeur. C’est bien la preuve indéniable que les monnaies fiduciaires n’ont pas de réel avenir et qu’elles finissent toutes par tomber.

Pour découvrir mes stratégies qui me permettent de faire fructifier mon argent en automatique, cliquez sur ce lien : https://www.fructify.io/cadeaux. Inscrivez-vous, pour recevoir gratuitement une série de 5 vidéos gratuites.

La crise de l’euro : plus imminente que celle du Covid-19

Nous avons donc vu plus haut que la crise de l’euro est inévitable d’ici environ une décennie. Si c’est quelque chose d’inévitable, ce n’est pas pour autant la fin du monde. En effet, c’est simplement le cours naturel des choses. Si l’euro disparaît, il sera remplacé par une autre monnaie, tout comme le franc à l’époque avait été remplacé par l’euro. Et c’est là que cela nous intéresse : quel sera le remplaçant de cette monnaie fiduciaire ? 

L’intérêt de pouvoir plus ou moins répondre à cette question, c’est de se prémunir et avoir un avantage certain si l’on s’y prépare dès à présent. Si la valeur de la monnaie fiduciaire ne dure qu’environ plus ou moins une trentaine d’années, l’or lui a duré plus de 2 600 ans et tend à rester maître en toutes circonstances. Les graphiques nous prouvent que l’inflation fait baisser la valeur actuelle de l’euro et des autres monnaies existantes dans le monde.

Si la crise de l’euro ne survient pas dans l’immédiat, nous pouvons déjà avoir des preuves de menaces qui sévissent actuellement sur nos devises. Économiquement parlant, la goutte d’eau qui a fait déborder le vase, c’est la crise du Covid-19. En effet, cette crise est bien plus importante que la crise de Subprimes en 2008. Elle a plongé le monde entier dans une crise économique et fait perdre leurs emplois à bon nombre de personnes. 

Actuellement, tout le monde est plus ou moins endetté. Un fait d’ailleurs d’autant plus inquiétant : une étude réalisée par l’IFOP vers fin mai 2020 nous démontre que les citoyens français ont bien plus peur de la crise économique que de la pandémie en elle-même. En effet, selon cette enquête, 21% des répondants craignent réellement le Coronavirus. 79% d’entre eux, en revanche, s’inquiètent davantage des répercussions de cette maladie sur l’économie française ainsi que sur l’économie mondiale.

Se préparer à la crise de l’euro

J’ignore si vous avez lu l’article portant le titre « Zone Euro : Chronique d’une mort annoncée ». Il s’agit d’une preuve indéniable de la crise de l’euro qui va sévir sous peu et je ne suis pas le seul à l’affirmer. L’économie mondiale est soutenue par une politique contracyclique.

Cela signifie que des milliards d’euros ont été injectés pour soutenir les TPE et les PME. Les entreprises endettées ont pu payer par échéance ou payer ultérieurement et les impôts ont été mis entre parenthèses. Il faut savoir que depuis la crise du Covid-19, le chômage a touché près de 450 000 personnes. Et cette crise de chômage partiel ainsi que cette pandémie sont pour une durée indéterminée.

Le marché financier, l’économie et la bourse ont également pu bénéficier de cette aide. Si ces solutions tombent à pic pour le moment en cette période de crise du Coronavirus, elles n’auront des impacts bénéfiques que sur le court terme. Sur le long terme, ce sera une autre histoire. En effet, la valeur intrinsèque de l’euro est en réel danger.

Depuis sa création, l’euro n’a pas atteint son objectif qui était de devenir une monnaie de réserve. Lorsque la crise de la pandémie sera terminée, elle laissera forcément place à la crise de l’euro étant donné que l’État devra augmenter les impôts pour combler le déficit budgétaire et régler les dettes.

Par ailleurs, pour découvrir mes stratégies qui me permettent de faire fructifier mon argent en automatique, cliquez sur ce lien : https://www.fructify.io/cadeaux. Inscrivez-vous, pour recevoir gratuitement une série de 5 vidéos gratuites.

Les milliardaires vont gouverner le monde financier

Connaissez-vous les GAFA ? Il s’agit des entreprises Géantes du monde, à savoir, Google, Amazon, Facebook et Apple. Ces derniers – pour faire face à la crise de l’euro – pourront-ils gouverner le monde de la finance ? Et si oui quel impact cela aura-t-il sur notre économie ?

Déjà, Google a annoncé son projet de création d’une banque en ligne, en association avec la banque d’affaires Citigroup ainsi que l’organisme Stanford Federal. Apple a déjà lancé sa carte de crédit, tandis que Facebook a créé sa propre cryptomonnaie qui est le Libra. Nous connaissons certainement tous Google Pay et Facebook Pay. Amazon n’est pas en reste puisqu’elle prépare également des offres de prêts bancaires.

Les GAFA ne connaissent pas la crise de l’euro et se placent comme étant de sérieux concurrents de nos banques ainsi que nos devises traditionnelles. Pour faire face à la menace et à l’altercation inévitable, les organismes financiers actuels vont devoir effectuer une refonte et une métamorphose d’ici 2030. Et si vous vous souvenez, plus haut j’avais déjà mentionné que l’euro allait s’effondrer dans les environs de 2030.

L’euro, remplacé par les cryptomonnaies ?

Il faut savoir que ces géants ont le soutien de milliards d’utilisateurs à travers le monde et que cela joue énormément côté finance. En effet, il existe 67 millions de Français en France. Toutefois, la totalité des utilisateurs de Facebook, par exemple, est de 2,5 milliards. Le jour où Facebook ou une autre GAFA décidera de lancer sa monnaie, les États et les banques traditionnelles ne sauront plus où se mettre. 

Pour pallier l’éventuel effondrement de ces organismes financiers connus aujourd’hui, les États devront également lancer leurs monnaies digitales. Et c’est là où je veux réellement en venir en vous parlant de cette inévitable crise de l’euro : Les cryptomonnaies sont l’avenir. Les GAFA vont certainement sortir un stablecoin qui va mettre tout le monde d’accord. Toutefois, l’État refusera d’être en reste et s’y mettra certainement.

Les stablecoins seront la solution

Pour rappel de ce qu’est un stablecoin – ou une explication pour ceux qui n’en ont jamais entendu parler. Un stablecoin est une famille de cryptomonnaies, à l’instar des crypto actifs et des crypto startup. Les stablecoins présentent l’avantage d’être adossées à des monnaies fiduciaires ou à d’autres cryptomonnaies. Elles sont donc un peu comme les cryptomonnaies classiques, mais sans les contraintes de volatilité qui vont avec. 

Les stablecoins peuvent donc résoudre le problème de la crise de l’euro. Prenons un exemple : Si vous avez un Bitcoin ayant une valeur de 10 000 € et que vous l’échangez en stablecoin, vous aurez 10 000 stablecoins. Si demain la valeur du Bitcoin chute à 8 000 €, vous aurez toujours 10 000 stablecoins. Mais si le Bitcoin grimpe à 20 000 €, vous n’aurez toujours que 10 000 stablecoins. Donc, c’est sécuritaire et peu volatile, ce qui peut être perçu comme un avantage ou comme un inconvénient en fonction du point de vue.

Voici quelques stablecoins bien connues : Tether – qui est certainement le stablecoin de référence ; LIBRA le stablecoin de Facebook, le True USD ; l’USD coin ; le Gemini Dollar, le Paxos Standard Token ou encore le DAI.
C’est la volatilité des cryptomonnaies actives telles que le Bitcoin et le Litecoin qui bloque encore les utilisateurs potentiels. En effet, une grande fluctuation du prix au cours d’une même journée n’est pas rare. 

Toutefois, la montée en valeur de ces monnaies digitales attire de plus en plus d’investisseurs qui les considèrent comme étant des actions. Ces cryptomonnaies vont démocratiser le monde de la finance, étant donné qu’elles sont contrôlées par tout un chacun et non par un ou plusieurs organismes. Que pensez-vous de ces futurs sauveurs de l’économie face à l’imminente crise de l’euro ?

Pour découvrir mes stratégies qui me permettent de faire fructifier mon argent en automatique, cliquez sur ce lien : https://www.fructify.io/cadeaux. Inscrivez-vous, pour recevoir gratuitement une série de 5 vidéos gratuites.

Les cryptomonnaies et leurs services dérivés restent des placements risqués. Vous devez vous renseigner avant de placer votre argent et ne pas mettre plus que ce que vous êtes prêt à perdre. Le site Cryptoactu n’est en aucun cas une structure de conseils financiers. Cet article n’engage que son auteur.

Condensé de L'actu Crypto

Recevez le top 3 de l'actualité crypto chaque dimanche