La plateforme d’échange Gemini inclut le commerce de crypto en gros

Les frères Winklevoss lancent une fonctionnalité inédite sur leur plateforme d’échange d’actifs numériques Gemini, le commerce de devises cryptographiques en « gros », fonctionnalité des plus intéressantes pour les hedge funds et les achats importants.


Nous l’avions vu dans l’article dédié aux transactions par Skype, les grandes sommes d’argent transitaient aussi hors de plateforme d’échange pour éviter d’influer sur le cours du marché, mais aussi pour d’autres raisons.

Dans tous les cas, les frères Winklevoss ont tenu à proposer une alternative à ce procédé en passant directement par Gemini, leur plateforme d’échange qui va permettre à toute personne d’acheter ou de vendre directement via une personne proposant un service de commerce en « gros » et ce dès le 12 avril. Elle demandera quand même un minimum de 10 bitcoins ou de 100 ethers pour que l’utilisateur puisse placer une commande de transaction.

Quel intérêt pour une nouvelle plateforme d’échange ?

C’est en réalité très simple, d’après coinjournal : « L’ajout de ce service donnera à Gemini la possibilité de rivaliser avec des sociétés qui s’adressent à des traders institutionnels à gros volume tel que les fonds spéculatifs ou les banques. L’une de ces sociétés est Circle Trade de Goldman Sachs, qui traite chaque mois plus de deux milliards de dollars d’opérations sur les actifs numériques. »

Le principe tient du fait qu’une plate-forme d’échange met en relation un acheteur et un vendeur grâce à un carnet de commandes. Lorsque l’un des deux souhaite réaliser une action, il passe par la commande de l’autre ou crée une commande d’achat ou de vente, le tout étant noté dans le carnet de commandes. Seulement, quand un carnet de commandes est inondé de commandes qui dépassent les capacités quotidiennes habituelles de transfert du marché, le marché a tendance à chuter ou monter en fonction du type de commande.

Si cette fonctionnalité est inédite pour les plateformes, c’est une pratique qui s’est développée, notamment à Hong Kong ou en Australie, via des sociétés spécialisées dans ce secteur, répondant à la demande des fonds spéculatifs et d’autres institutions cherchant à acquérir de grandes quantités d’actifs numériques sans perturber le marché libre, permettant une tenue du marché de manière saine en bonne période ou limiter la chute d’une monnaie numérique.


CryptoActu se veut être un média particulièrement objectif et impartial dans ses propos. Les règles éditoriales que nous avons mises en place interdisent à l’équipe rédactionnelle de conseiller des mouvements et des positions de trading ou d’investissement.

Commentaires

Dans le même thème

Advertisment ad adsense adlogger