Didi, le Uber chinois roule pour le yuan numérique

 Didi, le Uber chinois roule pour le yuan numérique

Selon une annonce de Reuters, le géant chinois de la mobilité a signé un accord avec le Digital Currency Research Institute de la Banque centrale de Chine (PBoC) pour tester la version numérique du yuan, autrement connu sous l’acronyme DC/EP (Digital Currency Electronic Payment).

Un partenariat stratégique

Didi Chuxing Technology qui s’auto-proclame « la plus grande plateforme de transport à la demande à guichet unique au monde » veut a priori faire travailler ses 11 407 employés avec le nouveau système de paiement électronique élaboré par la banque populaire de Chine qui y travaille, selon ses propres dires, depuis 2013. Une pionnière motivée par un double objectif : liquider le liquide et déjà, la pression américaine.

Pesant environ 56 milliards de dollars avec 550 millions d’utilisateurs, non seulement en Chine mais aussi en Amérique latine et en Australie, la coopération est loin d’être anodine et pourrait créer une grande première. Ce serait en effet la première entreprise au monde à utiliser une monnaie numérique d’Etat. La firme vante d’ailleurs la réciprocité de la démarche.

Le gouvernement cherche à soutenir le développement des secteurs de l’économie réelle avec des services financiers innovants.»

communiqué de Didi

Imminence du RMB numérique

Mais on n’en est pas encore là. La communication officielle, aussi parcimonieuse soit-elle, n’évoque qu’une phase pilote.

Dans le cadre de la stratégie DCEP globale de PBOC et du calendrier d’exploitation, le groupe de travail DCEP de Didi concevra et mettra en oeuvre des projets pilote. Des projets conformes à des normes de sécurité, de sûreté et de gouvernance rigoureuses. »

Il ne s’agirait donc pour le moment que d’un déploiement expérimental à l’image des tests qui ont déjà été réalisés, avec succès si on en croit la rumeur, dans plusieurs villes (Shenzhen, Suzhou, Xiongan et Chengdu), en lien notamment avec des franchises mondiales de la restauration rapide comme McDo ou Starbucks (qui ont par la suite démenti leur implication). Mais on sent bien que l’élan irrésistible vers un renminbi numérique prend de l’ampleur.

Les discours officiels ont beau temporiser le calendrier de son lancement effectif, la réalité imminente du RMB numérique prend une nouvelle consistance avec ce partenaire de poids. Le contexte international, rappelons-le, s’y prête aussi. Les Jeux Olympiques de 2022 définis comme date idéale de lancement, d’un point de vue symbolique, semblent désormais trop lointains. Face à la menace de plus en prégnante de sanctions américaines, le plus tôt sera le mieux. Et arriver en tête dans la course aux CBDCs désormais engagée entre les Etats, c’est encore mieux.

Nathalie E.

Nathalie E.

Littéraire open source. Mon credo : contribuer à populariser le monde des cryptos et à encourager sa mixité.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1,157