Divisé, le G20 n’obtiendra probablement pas d’accord sur la régulation des cryptomonnaies

Sollicitées par de nombreux pays comme la France et l’Allemagne, deux tables rondes abordant la régulations des cryptoactifs ont eu lieu hier et aujourd’hui au G20 finance d’Argentine.

Les chances que les acteurs du G20 parviennent à un accord global sur la question des cryptomonnaies se font de plus en plus minces. Quelques jours seulement après la lettre envoyée par président du Conseil de stabilité financière (FSB) aux gouverneurs des banques centrales et aux ministres de l’économie et dans lequel il était indiqué que les cryptomonnaies ne présentaient pour le moment pas de risque, il s’avèrerait qu’aucun modus vivendi ne puisse être trouvé par les pays conviés.

D’après Reuters, il est peu probable que le groupe des vingt s’entende sur des mesures permettant de réguler les cryptomonnaies, faute de « consensus sur le sujet ».

Selon les sources consultées par l’agence, aucune stratégie commune n’a pu être trouvée et les États-Unis s’opposeraient à toute nouvelle réglementation financière. Conséquence, « aucune décision concrète » n’est attendue à Buenos Aires.

« Le communiqué de la réunion du G20 se bornera à promettre de nouvelles études et une vigilance des autorités de régulation, conformément aux recommandations de Mark Carney, le président du FSB. »

Bruno Le Maire avait annoncé en janvier sa demande de régulation lors de ces rencontres:

« Je connais peu de gens qui aiment les montagnes russes permanentes, c’est fatiguant et ça donne mal au cœur […] nous refusons les risques de spéculation en particulier liés au bitcoin et j’ai demandé comme vous le savez que la présidence argentine du G20 se saisisse de cette question »

Un échec donc, qui n’a cependant pas manqué de faire remonter le cours de la très grande majorité des actifs cryptographiques.

Commentaires

Sed ut adipiscing fringilla Donec quis libero. ut Praesent risus
Partagez
Tweetez
Partagez