Plateformes d'échanges

Enième coup de semonce pour Binance visé par le régulateur batave

19 Août 2021 - 14:57

La Banque centrale néerlandaise siffle la fin de l’impunité pour Binance, l’accusant d’exercer sur son territoire sans détenir la licence requise. Un coup de tonnerre supplémentaire pour le géant des exchanges crypto déjà touché par les foudres des régulateurs aux quatre coins de la planète. Mais le mastodonte du marché crypto , bataille fermement, selon son PDG Chanpeng Zhao, pour devenir une société de services financiers conforme aux exigences des différentes juridictions.

Binance dans l’oeil du régulateur néerlandais

La Banque centrale des Pays-Bas (DNB), qui s’est déjà distinguée par des mesures drastiques imposées à l’écosystème crypto local, a adressé un avertissement sévère à Binance. Le motif de son grief selon la déclaration publiée sur son site Web : la plateforme opère sur son territoire sans l’enregistrement légal requis.

Binance n’est pas en conformité avec la loi sur la lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme et offre illégalement des services d’échange entre des crypto-actifs et des monnaies fiduciaires et fournit illégalement des portefeuilles de garde. »

Communiqué de la DNB

La DNB pourrait prendre des mesures à son encontre. Pas d’indication sur leur nature, mais elles pourraient aller jusqu’à l’obligation pour la plateforme de désactiver tous les services déployés à l’intention des résidents nationaux.

Ce n’est pas la première fois que le leader des échanges crypto est la cible des autorités de surveillance financière. En effet, ces derniers mois, il a dû faire le dos rond face à l’ire de nombre de régulateurs, imposant certaines restrictions à ses utilisateurs comme la suspension des virements SEPA en euros ou la limitation des retraits en BTC pour les comptes standard. Binance a aussi renoncé purement et simplement à son offre d’actions tokenisées.

Changement de statut pour Binance

Mais quoi qu’il en soit de sa bonne volonté manifeste, son développement tentaculaire sans se préoccuper outre-mesure de bénéficier d’autorisations légales, est réellement en train de se retourner contre lui. Et ce n’est qu’après ces différents coups de semonce, que le géant a commencé à prendre la mesure de l’écueil réglementaire.

De fait, loin de la désinvolture qui caractérisait son rapport à la légalité, Binance aujourd’hui y travaille d’arrache-pied.

Nous avons pris connaissance d’un avis de la DNB concernant Binance aux Pays-Bas. Dans le cadre de notre engagement à redoubler nos efforts en matière de conformité, Binance est en train de soumettre une demande pour obtenir la licence exigée. »

Mieux encore, Binance ferait désormais de la conformité réglementaire sa priorité absolue, et organise en quelque sorte sa « conversion ». Dans une interview donnée à Bloomberg TV, le PDG Changpeng Zhao (dit « CZ ») affirme que la plateforme doit abandonner son orientation « décentralisée ».

Nous visions la structure organisationnelle décentralisée qui ne fonctionne pas avec les régulateurs… Maintenant, nous établissons un siège, des structures appropriées, une bonne gouvernance, des audits adéquats… »

CZ à Bloomberg

Et accompagner son changement de statut, passant de startup technologique à une société de services financiers qui nécessite la pleine conformité aux exigences des différentes juridictions. Pour ce faire, l’échange amplifie un mouvement déjà amorcé en recrutant massivement des experts reconnus en matière réglementaire. Dernier en date, Greg Monahan, ancien enquêteur criminel du Trésor américain, qui sera chargé de superviser les enquêtes sur le blanchiment d’argent.

Condensé de L'actu Crypto

Recevez le top 3 de l'actualité crypto chaque dimanche