Ethereum 2.0 cumule les versions (échecs) de testnet avant son lancement final

 Ethereum 2.0 cumule les versions (échecs) de testnet avant son lancement final

La mise en place de la version finale d’Ethereum 2.0 s’accompagne de nombreuses versions de test. Une accumulation qui peut tout autant rassurer qu’inquiéter. La dernière en date du nom de « Zinken » vient répondre aux problèmes soulevés par la précédente du nom de « Spadina. » Et à part l’imagination débordante des développeurs pour des noms qui ressemblent aux prénoms actuels, tout est officiellement sous contrôle.

Le lancement chronométré et très attendu d’Ethereum 2.0 est au centre de l’attention de l’univers des cryptomonnaies. Un fait qui trouve sa confirmation dans la quantité de projets qui reposent sur sa blockchain, DeFi comprise. Ce qui fait de cette migration l’un des plus gros chantiers jamais initiés au sein de l’écosystème crypto depuis sa création. 

Un développement présenté comme plus compliqué que prévu il y a quelques semaines par Vitalik Buterin, créateur d’Ethereum (ETH). Et il semble que l’actualité vienne confirmer ses propos. Cela avec le tout récent lancement de la version de test Zinken. Cette dernière intervenant seulement quelques jours après la mise en place de la version Spadina le 29 septembre dernier. 

Une « autre répétition générale »

Bien évidemment, les réseaux testnet sont là pour avoir les problèmes avant que la version finale ne voie le jour. Les bugs qu’ils rencontrent vont donc être présentés comme une bonne nouvelle par les défenseurs d’Ethereum (ETH). Car cela en prouve la nécessité et l’utilité. Mais ce n’est malheureusement pas le premier problème de ce genre. Et cette fois-ci, il a touché ce qui devait être la dernière grande répétition avant le lancement officiel. 

Identifier des bugs est une bonne chose. Mais toujours en avoir aux portes de la version finale du réseau commence à donner des sueurs froides. En particulier lorsque des solutions alternatives et innovantes comme le projet Avalanche (AVAX) voient le jour. Avec un réseau qui pour le coup à l’air de fonctionner depuis son lancement il y a tout juste une semaine.

Car le réseau Ethereum (ETH) n’est pas en odeur de sainteté dans l’univers des cryptomonnaies. Cela du fait des frais de transaction exorbitants qu’il nécessite pour la moindre transaction à l’heure actuelle. Et à part les mineurs qui en profitent pour s’enrichir, le sentiment général est au ras le bol. Au point de devoir développer des outils pour en prédire le montant afin de rentabiliser ses opérations. 

Ce changement précipité de testnet est présenté par les acteurs de ce développement comme une simple formalité. Cette dernière n’étant pas le fait d’un problème majeur. Il s’agit de ce qui est présenté comme de « petites erreurs dans le processus de publication du client. » Un fait visiblement accentué par la faible participation à ces versions de test non incitatives

« Ce n’était pas un bug critique ou une erreur de consensus, mais plutôt quelque chose dû à des paramètres de configuration qui peuvent être corrigés avec une autre version. » – Prysmatic Labs

Espérons que tout cela rentrera dans l’ordre avant le déploiement final dont la date n’est pas encore connue. Car une fois lancé il ne sera plus possible de changer Ethereum 2.0 par un réseau au nom de code improbable. 

Hugh B.

Hugh B.

Passionné par l'univers des cryptomonnaies. J'attache une grande importance à la vulgarisation pour rendre les choses compréhensibles et accessibles à tous. Mes articles ne sont en aucun cas des conseils financiers. DYOR !

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1,183