Facebook présente sa cryptomonnaie Libra via un Whitepaper – Lancement en 2020

La cryptomonnaie tant attendue de Facebook a été présentée officiellement ce mardi, son lancement étant prévu en 2020. Préparé en coulisse depuis des mois, ce jeton reflète la nouvelle orientation marketing du numéro un des réseaux sociaux avec des partenaires de renom comme Uber, Paypal, Visa ou encore Mastercard.

Géré par le concours d’une centaine d’entreprises

On en parle partout ! Facebook Coin défraye depuis hier la chronique. Développée discrètement depuis mai 2018 , la cryptomonnaie native de Facebook, est fin prête à être desservie sur le marché. Sa présentation officielle s’est effectuée ce mardi 18 juin, où Facebook a fait part d'une cryptomonnaie destinée à un public très large, supervisée par une organisation indépendante en Suisse qui suscite la méfiance.

Mark Zuckerberg projette un avenir étincelant pour sa cryptomonnaie native

Mark Zuckerberg projette un avenir étincelant pour sa cryptomonnaie native

Le géant américain fera notamment partie de cette association en tant que membre fondateur, au même titre qu’une pléthore d’entreprises technologiques ayant signé des accords pour participer à la gestion du réseau, moyennant 10 millions de dollars chacun. On décompte actuellement 28 partenaires dont Uber, Paypal, Mastercard, Visa, Spotify, Lyft et Booking.com. Ce consortium est en quelque sorte gouverné à huis clos, contrairement à Bitcoin où le principe de la décentralisation est respecté à la lettre. Cependant, Facebook assure que la Blockchain deviendra publique ultérieurement, sans préciser de date ou de fonctionnement précis sur ce point.

Pour l’instant, le patron de la société, Mark Zuckerberg attend une centaine de partenaires pour suivre l’évolution de son futur jeton, une nouvelle qui ne plaît pas forcément aux idéalistes crypto comme les cypherpunks où le mouvement natif était orienté sur des principes de liberté.

La souveraineté de Libra remise en question

Les bouleversements engendrés par Facebook Coin au sein de l’écosystème crypto intriguent les observateurs, ne serait-ce que pour son lancement précoce, qui a été initialement prévu en 2020. Effectivement, la gouvernance de Libra, placée sous la responsabilité de Facebook, Visa, MasterCard et Cie laisse entrevoir un monopole alarmant vis-à-vis de la crypto-industrie, qui est habituée à une concurrence ouverte et à une gestion décentralisée. La crainte d’un réseau fermé et dirigé par des membres intouchables se confirme peu à peu, d’autant plus que Facebook compte plus de 2 milliards d’utilisateurs.

Libra aura un impact sur l'écosystème crypto

Libra aura un impact considérable sur l'écosystème crypto

Sur ce propos, le ministre français des Finances Bruno Le Maire a déclaré qu’il est hors de question que "[Libra] devienne une monnaie souveraine".

Facebook assure une gestion saine pour Libra

Lors de la présentation du livre blanc de Libra, Facebook a donné un aperçu concernant l’aspect financier de son réseau. Pour lever le voile sur ses intentions, la firme a annoncé que Libra ne sera pas un levier de financement, du moins pour le moment. Calibra, une filiale qui s’occupera des données financières a été ainsi créée pour écarter les données sociales d’une hypothétique politique de publicité ciblée.

Calibra testé pour la première fois par un utilisateur

Calibra testé pour la première fois par un utilisateur

Pour Zuckerberg, le premier objectif du Facebook Coin répond à une facilitation des procédures de paiement. Lors de la conférence des développeurs en avril, il a déclaré :

"Les paiements sont l’un des domaines dans lesquels nous avons la possibilité de rendre les choses beaucoup plus faciles", avant de poursuivre : "je pense qu’il devrait être aussi facile d’envoyer de l’argent à quelqu’un que d’envoyer une photo".

Parallèlement, le token de Facebook démarre dans un écosystème sain et propice à son développement, contrairement au Bitcoin (BTC) qui a dû arpenter un parcours rocambolesque avant de se stabiliser. Dans cette perspective, le lancement de Libra, un jeton pratique, réglementé et accessible à plusieurs millions d’utilisateurs dans le monde pourrait redorer le blason de la notion même de cryptomonnaie, ternie par de nombreuses affaires de blanchiment et de vol depuis des années.

Commentaires

dolor. mi, et, venenatis id tempus ultricies elit. pulvinar libero Sed
19 Partages
Partagez
Tweetez
Partagez