Cryptomonnaies

HSBC à rebrousse-poil s’urticante avec les cryptos

11 Avr 2021 - 18:57

Le géant britannique HSBC ne veut ni de près ni de loin avoir affaire aux cryptomonnaies. A rebours de grandes banques américaines qui, les unes après autres, s’acoquinent avec le roi Bitcoin, la banque anglaise elle accentuerait sa politique de sévérité vis à vis de cette classe d’actifs. Elle interdirait désormais à ses clients d’acheter les actions d’entreprises publiques détenant des Bitcoins. Dans son viseur, MicroStrategy dont l’appétit pour la première des cryptomonnaies fait la une depuis l’été dernier.

Des banques américaines devenues crypto-friendly

Si jusqu’à très récemment le Bitcoin n’était pas en odeur de sainteté dans les temples de la finance traditionnelle que sont les institutions bancaires, des grands noms du secteur ont désormais décidé, d’une manière ou d’une autre, d’y exposer leurs clients Les deux plus vieilles banques américaines en tête. Ainsi, alors que BNY Mellon veut participer à un ETF Bitcoin en tant que fournisseur de services, State Street planifie sa propre plateforme de trading crypto pour les investisseurs traditionnels.

Et elles ne sont pas un cas isolé. Morgan Stanley propose désormais à ses clients fortunés la possibilité d’investir dans le Bitcoin via trois fonds distincts. La banque d’affaires Goldman Sachs réactive son bureau de négociation de produits dérivés liés au BTC. Quant à JP Morgan, elle vient de lancer son propre stablecoin adossé au dollar.

On peut aussi évoquer les géants des paiements comme PayPal et Visa. Le premier, non content d’offrir l’option achat/vente de cryptomonnaies pour les comptes-maison, donne aujourd’hui la possibilité à ses clients américains de régler leurs achats en Bitcoin, Ether, Litecoin ou Bitcoin Cash. Le second lui vient d’intégrer l’USD Coin, un stablecoin en pleine ascension, à son réseau de paiement. Une initiative notable qui pourrait éviter l’étape conversion crypto-fiat. Une transition superflue que prône un Elon Musk qui accepte dorénavant le paiement en Bitcoin pour ses véhicules électriques sans passer par la case monnaies fiduciaires.

Des banques européennes plus rétives

Pour les banques localisées de l’autre côté de l’Atlantique, la relation avec les cryptomonnaies est plus compliquée. On ne reviendra pas sur l’exemple français qui se distingue en ce domaine de façon affligeante, pour se pencher sur le cas de la britannique HSBC qui pourrait a priori prétendre aussi à coiffer le bonnet d’âne.

En effet, si on se fie au message partagé sur twitter par un client canadien de la plateforme en ligne de la banque, il semblerait que la politique de celle-ci se resserre. Elle ne vise pas uniquement les cryptomonnaies comme Bitcoin et Ether expressément citées, mais aussi une entreprise comme MicroStrategy dont la trésorerie est aujourd’hui largement constituée de BTC. Pour rappel, elle en détient 91 579 BTC , soit 0,5% de l’offre en circulation.

La politique anti-cryptos de HSBC se durcit, jusqu’où ?

Clairement, la banque refusera désormais l’achat d’actions de la société de veille économique qui se négocie sous le symbole MSTR. Elle permettra cependant la détention ou la vente des actions déjà possédées. Une démarche qui s’inscrit conformément à la nouvelle politique de la banque sur les monnaies et produits virtuels pour reprendre son expression. Elle interdit purement et simplement aux utilisateurs de sa plateforme de trading en ligne – HSBC InvestDirect (HIDC) d’interagir avec les cryptomonnaies.

HIDC ne participera pas à la facilitation (achat et / ou échange) de produits liés aux monnaies virtuelles, ou de produits liés ou faisant référence à la performance de la monnaie virtuelle. »

Dernier épisode d’une croisade menée contre cette nouvelle classe d’actifs puisque plus tôt dans l’année, la sixième plus grande banque du monde aurait également empêché des clients de transférer les bénéfices des échanges cryptographiques vers leurs comptes bancaires.

La question aujourd’hui qui se pose c’est de savoir si HSBC va poursuivre dans cette voie et appliquer une interdiction similaire à Tesla, Hut 8 Mining et Square elles aussi exposées au Bitcoin. Aux dernières nouvelles, l’action de ces sociétés figure toujours au catalogue de trading HIDC.

Condensé de L'actu Crypto

Recevez le top 3 de l'actualité crypto chaque dimanche