ING annonce une “percée majeure” dans l’anonymisation de la blockchain

L’équipe en charge de l’étude de la technologie blockchain chez ING, a fait part d’une “percée majeure” visant à surmonter l’un des plus grands obstacles à l’utilisation de la technologie blockchain dans les services bancaires: la confidentialité.  L’institution financière a mis au point un algorithme d’anonymisation annoncé comme dix fois plus efficace que les technologies existantes.

La blockchain est une technologie particulièrement intéressante pour les réseaux financiers. Un  défaut inhérent à celle-ci, et particulièrement rébarbatif pour ce secteur existe cependant: l’aspect public des données qui sont échangées à travers cette dernière. Ainsi, les personnes désireuses de vie privée ne peuvent se tourner que sur des versions privées de la blockchain -ce qui en réduit son pouvoir consensuel et inviolable-, ou sur l’intégration de procédés d’anonymisation comme ZkSnarks.

Dix fois plus efficace que les procédés existants

Annoncé comme dix fois plus efficace que les procédés existants comme ZkSnarks (implémenté dans Zcash), le nouveau système d’ING baptisé ZKRP pour “Zero-knowledge range proof” est conçu pour préserver la confidentialité des informations contenues dans un registre distribué.

ZKRP permet de démontrer la véracité d’une déclaration spécifique sans révéler d’autres informations que celles qu’elle tente de prouver.

“Par exemple, un demandeur de prêt hypothécaire pourrait prouver que son salaire se situe dans une certaine fourchette, sans révéler le chiffre exact. De même, ZKRP pourrait prouver qu’un montant de paiement se situe dans une limite, sans indiquer le montant exact.”

Mariana Gomez de la Villa, responsable en charge du programme blockchain d’ING explique: “Jusqu’à récemment, l’un des principaux défis pour l’application de la chaîne de blocage dans le secteur bancaire consistait à garantir la protection de la confidentialité des données tout en respectant les exigences réglementaires en matière de déclaration”

Dans son billet, d’ING déclare que ZKRP a été comparé à des technologies similaires dans Ethereum (cette dernière ne proposant que ZkSnarks, il est quasiment certain que ce soit cette technologie qui fût mise à l’épreuve). Il en est ressorti que les coûts de fonctionnement de ZKRP sont bien inférieurs à toutes les autres technologies.

“La solution ZKRP d’ING s’est avérée 10 fois plus efficace que les autres dans le réseau de tests Ethereum, tout en respectant les trois mêmes principes: l’exhaustivité, la fiabilité et le degré de connaissance nul”.

Le code source de ce programme est open source et est disponible sur le GitHub de l’institution.

Commentaires

libero. Curabitur eget vulputate, leo ultricies
Partagez
Tweetez
Partagez