Innovation ou scandale ? Les entreprises de cryptomonnaies s’accordent sur une norme de « règle du voyage »

 Innovation ou scandale ? Les entreprises de cryptomonnaies s’accordent sur une norme de « règle du voyage »

L’information est d’importance. Il semble que les opérateurs de plateformes de change (VASP) de l’univers des cryptomonnaies se soient mis d’accord sur un modèle standard d’échange de données. Une réponse attendue à la question de la « règle de voyage. » Présentée comme une avancée, cette norme a un sérieux arrière-goût d’obligation imposée par la réglementation anti-blanchiment d’argent de la GAFI. Et cela va vers plus de surveillance !

Cela s’appelle la norme IVMS101. Elle concerne tout particulièrement les informations qui voyagent d’une plateforme à une autre lors des transactions effectuées par les utilisateurs. En d’autres termes, les données concernant l’expéditeur et le destinataire de ces opérations.

Il n’existait jusque là aucun standard dans le domaine. Chaque plateforme utilisant un langage et des codes différents. Ce qui obligeait les fournisseurs de services d’actifs virtuels (VASP) à une gymnastique coûteuse et parfois source d’erreurs pour traiter les opérations entrantes. Rien que le format de la date de naissance se transformait en un véritable casse-tête. Ce ne sera dorénavant plus le cas.

« Alors, 12.6.20 est le 12 juin ou le 6 décembre ? C’est vraiment l’exemple le plus simple. » Malcolm Wright

Une norme de communication

Cette information est à prendre avec un certain recul. Car cette norme est avant tout une exigence de l’instance de réglementation du nom de Financial Action Task Force (GAFI). Elle entre dans le cadre de la lutte contre le blanchiment d’argent. Sorte de serpent de mer servant à imposer un contrôle toujours plus grand de l’univers crypto. La GAFI exigeant sans ambiguïté que rien ne puisse entraver sa capacité à tout connaître des flux économiques, cryptomonnaies incluses.

Cela est le résultat de la mise en place d’un groupe de travail mixte dont le but était de définir cette norme de communication InterVASP.

« Je suis heureux de confirmer que le groupe de travail a approuvé le texte final et que la norme de modèle de données IVMS101 existe désormais. » – Siân Jones, Responsable du groupe de travail InterVASP

Elle doit maintenant être officiellement validée par les trois entités à l’origine de sa mise en place. À savoir la Chamber of Digital Commerce (CDC), la Global Digital Finance (GDF) et l’International Digital Asset Exchange Association (IDAXA). La question est de savoir à qui elle s’appliquera légalement et si les acteurs pouvant s’y soustraire ne suivront pas le mouvement, par souci de cohérence. 

Cette information est peut être une bonne chose pour les acteurs de l’univers crypto, mais bien moins pour les utilisateurs. Il est certain que les VASP ne pouvaient pas éternellement se soustraire aux exigences de contrôles des instances de réglementation. Mais il semble que cela doive toujours de se faire au détriment de la vie privée !

Hugh B.

Hugh B.

Grand voyageur. Passionné par l'univers des cryptomonnaies. J'attache une grande importance à la vulgarisation pour rendre les choses compréhensibles et accessibles à tous.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1,139