L’ancien avocat de FTX a coopéré avec les autorités US

Dans le cadre de l’enquête sur l’effondrement de FTX, Sam Bankman-Fried (SBF) pourrait se retrouver bien seul. Après ses lieutenants les plus proches, l’ex-avocat de la plateforme Daniel Friedberg, présent à ses côtés depuis la création d’Alameda Research, a également manifesté un esprit coopératif avec les autorités US.

06 janvier 2023 - 07:28

Temps de lecture : 2 minutes

Si SBF, l’ex PDG de la plateforme FTX, semble pour le moment, plutôt épargné par les conséquences de la chute de l’exchange qu’il a co-fondé, profitant pour au moins quelques mois, bracelet à la cheville, du havre californien de ses parents, autour de lui, ses anciens acolytes s’agitent et visiblement pas en sa faveur.

L’ex-avocat de FTX coopère avec la justice US

Car si le prodige déchu de la crypto a plaidé non coupable des 8 chefs d’accusation portés contre lui, il semble bien le seul à croire à son innocence. Après Caroline Ellison, l’ancienne PDG de Alameda, et le co-fondateur de FTX, Gary Wang,  qui ont tous deux plaidé coupables et négocié la clémence de leurs peines en échange d’une collaboration active avec les autorités US, c’est au tour de l’un des avocats de FTX, pas le moindre car présent aux côtés de SBF dès la création d’Alameda Research, de passer aux aveux.

L’histoire n’est pas nouvelle puisque Daniel Friedberg aurait manifesté son esprit coopératif dès le 22 novembre, selon un article de Reuters en date du 5 janvier qui cite des sources proches du dossier, étayées par la consultation de mails éloquents.

En ce fameux jour, l’avocat aurait participé à une réunion dans le bureau de Damian Williams, le procureur du district sud de New York. Autour de la table, « deux douzaines d’enquêteurs » dont des représentants du Département de la Justice, du FBI ou encore de la Securities and Exchange Commission (SEC). Au coeur des discussions : les turpitudes de SBF dont Friedberg aurait livré quelques secrets, enfin éventés les secrets, car depuis la chute de FTX, les révélations sur les manipulations frauduleuses des fonds des clients, notamment entre la plateforme crypto et la société de négoce Alameda, n’en finissent pas de « malodorer » les origines d’une faillite spectaculaire. Mais l’affaire est complexe et toutes les bonnes volontés sont bienvenues pour démêler l’écheveau d’une escroquerie de plusieurs années.

Une personnalité qui sent le soufre ?

Plus concrètement, l’article de Reuters reste évasif et ne livre pas vraiment la teneur de la réunion, mais il est sûr que ce témoignage pèsera dans la balance. Friedberg, qui ne fait vraisemblablement l’objet d’aucune poursuite dans ce dossier, devrait d’ailleurs être cité à comparaître comme témoin au procès de SBF. Le juge Lewis Kaplan a fixé son ouverture au 2 octobre prochain.

Avant de conseiller FTX, l’avocat a prodigué ses bons conseils à un large éventail de fintech, de sociétés bancaires et de jeux en ligne. En lien avec ce dernier domaine, il a déjà été mêlé à une tricherie de plusieurs millions de dollars sur la plateforme Ultimate Bet. De là à supposer qu’il aurait joué un rôle dans le système frauduleux de l’empire FTX, rien ne permet aujourd’hui de l’affirmer. Néanmoins, à moins d’un rôle fantoche, son poste de chef de conformité à FTX, qu’il a quitté le 8 novembre, le plaçait a priori aux premières loges… une aubaine pour les enquêteurs.

Ces derniers feraient d’ailleurs monter la pression sur le cercle restreint de SBF pour collaborer avec la justice. Ils auraient aujourd’hui, selon Bloomberg, Nishad Singh, l’ancien directeur de l’ingénierie de FTX, en ligne de mire. Le codeur réputé vivait avec la petite troupe de Bankman-Fried dans un penthouse aux Bahamas. Avec sa collaboration, l’étau se resserrerait encore autour du trentenaire « innocent ».

Condensé de L'actu Crypto

Recevez le top 3 de l'actualité crypto chaque dimanche