Régulation

La Banque centrale d’Argentine retoque les offres crypto de Banco Galicia et Brubank

06 Mai 2022 - 12:58

La Banque centrale argentine (BCRA) a opposé son veto aux initiatives de deux institutions financières qui, cette semaine, ont lancé un service crypto à l’intention de leur clientèle. Le Fonds Monétaire International n’est pas étranger à cette décision. Dans le cadre d’un accord de restructuration de la dette du pays, l’organisation a exigé que l’Etat mette la pédale douce à l’essor des cryptos à l’intérieur de ses frontières.

La banque centrale d’Argentine s’oppose aux services bancaires crypto

La Banque centrale d’Argentine a vraisemblablement connu un retard à l’allumage, ne réagissant qu’a posteriori aux offres cryptos de deux banques numériques du pays.

En effet, la Banco Galicia et la Brubank ont quasiment annoncé au même moment la mise en service d’une offre crypto via les portails d’investissement de leurs sites Web. A priori, l’une et l’autre semblaient assurées de la légalité de leurs démarches, mais c’était visiblement sans compter sur la vigilance d’une instance centrale qui leur refuse ce droit quatre jours après. La raison invoquée est que les crypto-actifs ne sont pas réglementés sur le territoire et qu’à ce titre, ils ne peuvent faire l’objet d’un service institutionnel.

Plus précisément, la BCRA motive sa décision par le souci de prévention prisé des régulateurs, bien dans leur rôle de protecteurs des consommateurs.

Une Banque centrale en alerte face à l’adoption croissante des cryptos

Pour ce faire, elle reprend dans son communiqué les arguments qu’elle avait déployés avec la Commission nationale des valeurs mobilières dans une alerte en date de mai 2021 à l’encontre du marché crypto.

(…) sa forte volatilité, les risques liés aux perturbations opérationnelles et aux cyberattaques, le blanchiment d’argent/financement du terrorisme et le non-respect potentiel de la réglementation des changes, l’absence de garde-fous et des les informations que la réglementation en vigueur fournit aux utilisateurs de services financiers et le caractère transfrontalier des opérations.

Communiqué de la BCRA

Une alerte qui ne tombait pas de nulle part, mais s’inscrivait en réaction à l’engouement des Argentins pour cette classe d’actifs face à des conditions économiques très dégradées. Rappelons que l’inflation y atteint des sommets : 36% par an en moyenne depuis dix ans selon les données de la Banque mondiale, plus de 55% depuis un an. De fait, face à ce phénomène chronique, une partie croissante de la population s’est tournée vers les cryptos, et plus particulièrement vers les stablecoins adossés au dollar, pour contrer la dévaluation endémique du peso local.

La pression du FMI

De fait, si la Banque centrale argentine reste fidèle à sa volonté de contrôle et de limitation des cryptos, elle se fait aussi la voix de son maître, le FMI. Or, celui-ci a conditionné son aide à l’Argentine notamment à une clause anti-crypto.

Concrètement, en échange d’un rééchelonnement de la dette du pays, d’un montant proche de 45 millions de dollars, et adossé à d’autres exigences, le Fonds a glissé une disposition ciblant explicitement les cryptomonnaies.

Le gouvernement national, pour préserver davantage la stabilité financière, découragera l’utilisation des cryptomonnaies…

Extrait du Programme de l’accord entre l’Argentine et le FMI

De fait, Banco Galicia et Brubank apparaissent comme les premières victimes collatérales du chantage opéré par le grand argentier.

Cryptomonnaies

L'Argentine approuve l'accord avec le FMI conditionné notamment à une clause anti-crypto

Nathalie E. - 18 Mar 2022 - 12:58

Les parlementaires argentins ont approuvé ce jeudi 17 mars l’accord [...]

Lire la suite >>

Et ce n’est sans doute que le début de la contre-offensive. Le maire de Buenos Aires, Horacio Rodríguez Larreta, qui avait émis en avril la possibilité de permettre aux citoyens de payer leurs impôts en cryptomonnaies, devra aussi sans doute réviser sa copie.

Condensé de L'actu Crypto

Recevez le top 3 de l'actualité crypto chaque dimanche