Cryptomonnaies

La crypto en Afrique subsaharienne répond à des impératifs de subsistance

29 Sep 2022 - 18:59

En Afrique subsaharienne, l’utilisation des cryptomonnaies relève de la nécessité quotidienne selon le dernier rapport de la société d’analyse des données blockchain Chainalysis.

Une Afrique subsaharienne contrastée pour l’adoption crypto

L’Afrique est caractérisée par des disparités importantes, et la regarder à travers le prisme crypto ne fait pas exception. Ainsi, prise dans son ensemble, la partie subsaharienne du continent se distingue comme ayant le plus faible volume de transactions crypto au monde. 100,6 milliards de dollars de volume entre juillet 2021 et juin 2022, selon Chainalysis, soit 2% de l’activité mondiale, en croissance cependant de 16% par rapport à l’année précédente.

Mais à y regarder de plus près, le taux d’adoption de Bitcoin and co est très variable d’un pays à l’autre. De fait, si sur 146 pays, l’indice mondial d’adoption (élaboré également par Chainalysis) classe le Burkina Faso et le Malawi respectivement aux 133e et 137e rangs, trois contrées – le Nigéria, le Kenya et l’Afrique du sud – se placent respectivement à la 11ème, 19ème et 30ème positions.

Les petits paiements de détail emportent la mise

Surtout, ce que révèle le dernier rapport de Chainalysis, c’est que ce sont les petits règlements qui alimentent l’adoption. La région enregistre la proportion la plus élevée au monde (80%) de paiements de détail crypto de moins de 1 000 $, sachant que les transactions entre pairs sont plus courantes en Afrique subsaharienne que partout ailleurs dans le monde. Cette spécificité s’accompagne d’un usage intensif des plateformes P2P comme Paxful.

Source : Chainalysis

Un phénomène qui n’est pas nouveau, mais qui s’est accéléré, notamment au Nigéria depuis la limitation drastique émise sur les cryptomonnaies. Un bannissement, rappelons-le, jugé dommageable par l’OCDE.

Cryptomonnaies

L'OCDE pointe les dommages de l'interdiction des cryptos sur l'économie du Nigéria

Nathalie E. - 17 May 2022 - 10:58

Interdire Bitcoin qui, rappelons-le, est impossible à prohiber du fait de sa [...]

Lire la suite >>

Un outil de transfert de fonds plus rapide et moins coûteux

Les envois de fonds et les transactions de nature commerciale ont également contribué à booster le taux d’adoption. Dans le premier cas, en favorisant des transferts peu coûteux et rapide en comparaison des systèmes inefficients et complexes qui existent en Afrique.

Faire un paiement international dans un pays comme le Nigeria, le Cameroun ou le Sénégal est presque impossible. Il n’y a pas de solution de paiement panafricaine. Il existe des milliers de réseaux de paiement en Afrique, et seule une fraction d’entre eux se parlent.

Ray Youssef, PDG de Paxful, in rapport de Chainalysis

Et dans le second cas, en facilitant l’envoi de fonds à l’étranger pour des entreprises s’appuyant sur des fournisseurs internationaux. En se tournant vers la crypto pour les paiements, elles parviennent à contourner les contrôles stricts des capitaux qui sévissent notamment au Nigéria.

La crypto répond à des impératifs de subsistance

Tous ces indicateurs témoignent du fait que l’utilisation des cryptos dans cette partie du monde relève des nécessités quotidiennes.

Elles résolvent des problèmes de l’ordre de la subsistance.

Nous voyons beaucoup de particuliers qui négocient pour joindre les deux bouts. Nous n’avons pas de grands commerçants au niveau institutionnel en Afrique subsaharienne. C’est la vente au détail qui dirige le marché ici. Le Nigéria compte une tonne de jeunes diplômés très instruits avec des taux de chômage élevés – la cryptographie pour eux est un sauvetage. C’est une façon de nourrir leur famille et de résoudre leurs besoins financiers quotidiens. 

Adedeji Owonibi, fondateur du cabinet conseil Convexity, in rapport de Chainalysis

On est loin de la spéculation qui a cours dans les pays riches où les fondamentaux des cryptos ont été relégués sur un plan secondaire.

Ainsi, selon le précédent rapport de Chainalysis, ce sont surtout les fonds institutionnels qui ont alimenté le dernier boom du marché des cryptos en Europe de l’Ouest, en Amérique du Nord et en Asie de l’extrême Est. Dans les pays émergents ou en voie de développement, ce sont au contraire les populations soucieuses de se protéger des soubresauts de leurs monnaies nationales qui continuent de s’en emparer.

Bitcoin

Adoption du Bitcoin : les pays émergents mènent la danse

Nathalie E. - 23 Aug 2021 - 07:27

Si l’adoption du bitcoin à l’échelle mondiale a littéralement [...]

Lire la suite >>

Une situation qui pourrait cependant connaître des ajustements sous les coups de boutoir d’une inflation incontrôlée qui sévit aujourd’hui dans les pays de l’OCDE. 

Dans le contexte actuel, peut-être est-il judicieux de s’intéresser aux cryptos et de s’y exposer raisonnablement. Si vous voulez un exchange fiable et sécurisé, c’est par que ça se passe. Vous bénéficierez en plus d’une réduction à vie sur vos frais de trading (lien commercial).

Condensé de L'actu Crypto

Recevez le top 3 de l'actualité crypto chaque dimanche