Cryptomonnaies

La Thaïlande mise sur les crypto-voyageurs fortunés pour relancer son tourisme

29 Nov 2021 - 10:57

La Thaïlande, destination phare du tourisme mondial, avec 40 millions de visiteurs annuels avant la pandémie, veut relancer son industrie pour récupérer une partie des 80 milliards de dollars de revenus perdus. Pour réaliser son objectif, le royaume cherche à attirer les (gros) détenteurs de cryptomonnaies en élaborant une stratégie « crypto-positive ».

Séduire les crypto-millionnaires

Il est désormais notoire que la croissance du marché des cryptomonnaies a produit un certain nombre d’individus dotés de riches portefeuilles. Une cible de plus en plus courtisée par des économies en mal de ressources qui aimeraient attirer vers elles cette manne providentielle. Ainsi la Thaïlande. Le pays a beaucoup souffert de la fermeture de ses frontières et pour redresser une industrie touristique convalescente, son idée est de créer un écosystème favorable pour accueillir ces visiteurs « de qualité ».

De fait, selon Bloomberg, l’Autorité du tourisme de Thaïlande (TAT) travaille aujourd’hui à peaufiner une stratégie attractive avec les régulateurs du pays.

« Il y a des gens qui sont devenus riches en détenant des monnaies numériques et ils voudront peut-être utiliser la richesse qu’ils ont accumulée. S’ils peuvent utiliser leurs devises ici sans avoir à les échanger, ou être confrontés à des taxes gouvernementales, cela leur serait plus pratique. »

Yuthasak Supasorn, gouverneur de la TAT

Mais rien n’est encore joué. En effet, la Thaïlande jusqu’ici ne s’est pas montrée particulièrement bienveillante vis à vis de cette nouvelle classe d’actifs. Elle a même cherché à endiguer l’engouement de sa population pour les cryptomonnaies en proposant diverses mesures limitantes. Il faut dire que l’Etat s’apprête à tester sa propre monnaie numérique, ce qui s’accompagne mal de l’essor d’un bitcoin échappant à son contrôle.

Une Thaïlande pragmatique

Mais la Thaïlande sait aussi se montrer pragmatique et très active sur le front de l’innovation de ses infrastructures de paiement. Elle pourrait donc assouplir sa politique de tolérance aux cryptomonnaies pour conquérir le marché prometteur de crypto-voyageurs. Selon le gouverneur de la TAT, des discussions ont déjà eu lieu avec la Thai Securities and Exchange Commission (SEC), la Banque de Thaïlande (BOT) et la plateforme Bitkub, échange crypto local de premier plan dont la Siam Commercial Bank devrait devenir l’actionnaire majoritaire.

« En raison du statut de la TAT en tant qu’entreprise d’État, nous devons discuter de nombreux problèmes réglementaires avec les parties liées avant la mise en œuvre. Et il existe également d’autres mesures préventives contre la cybercriminalité et la protection des clients que nous devons préparer. »

Yuthasak Supasorn, gouverneur de la TAT

Et en vue d’un retour à la normal prévu pour 2024, la TAT a également prévu d’émettre son propre jeton cryptographique pour améliorer la compétitivité de son tourisme d’affaires, également dans le viseur d’une future prospérité.

« Nous devons préparer l’infrastructure numérique et la littératie numérique pour nos opérateurs touristiques afin de commencer le cryptourisme, car le modèle commercial traditionnel pourrait ne pas être en mesure de suivre les nouveaux changements.« 

Yuthasak Supasorn, gouverneur de la TAT

La Thaïlande n’est pas la seule économie émergente à vouloir miser sur les cryptomonnaies. Le Salvador bien sûr, avec son projet de Bitcoin City fait figure de pionnier. Mais Cuba, le Laos, la Tanzanie et nombre de pays d’Amérique latine y pensent sérieusement. Dans un registre plus balnéaire, des lieux de rêve pour amateurs crypto fortunés s’apprêtent déjà à les accueillir.

Condensé de L'actu Crypto

Recevez le top 3 de l'actualité crypto chaque dimanche