Plateformes d'échanges

Le fondateur de l’exchange Huobi chercherait à vendre ses parts

04 Juil 2022 - 07:28

Le fondateur de la plateforme d’échange crypto Huobi serait en quête d’un acheteur pour reprendre ses parts. Le contexte général allié à la situation particulière de l’exchange, qui a dû cesser de proposer ses services aux résidents chinois à la suite de l’interdiction par la Chine du commerce de crypto, a fragilisé l’échange et son actionnaire majoritaire. Cependant, l’échange a des atouts à faire valoir qui pourrait allègrement attirer les convoitises d’éventuels repreneurs.

Le fondateur d’Huobi en quête d’un repreneur de ses actions

Si les plateformes de prêt crypto sont pour la plupart en voie d’implosion en raison de pratiques risquées pour générer du rendement, les exchanges centralisés sont eux aussi malmenés par les conditions difficiles du marché. Les volumes d’échanges, comme rituellement en bear market, ont chuté entraînant une baisse notable de leur productivité.

Aussi, certaines pour garantir leur pérennité prennent des mesures drastiques, comme le licenciement d’une partie de leur personnel. Coinbase, Gemini, Bitpanda, Bybit ont par exemple pris cette option. D’autres, acculés par des facteurs défavorables supplémentaires, envisagent d’affronter le tumulte présent en y ajoutant des décisions encore plus radicales. Ainsi, le fondateur de la plateforme Huobi, Li Lin, chercherait à revendre ses parts, s’élevant à 60,3% des actions de l’entreprise, selon le journaliste Wu Colin qui l’a révélé sur twitter. Un coup de tonnerre de plus dans le ciel ombrageux de la crypto. D’autant qu’il touche une plateforme importante, avec un volume d’échanges quotidien le plaçant régulièrement dans le quinté de tête selon CoinGecko.

Huobi à la fête en 2021, à la peine en 2022

Cependant, et en dépit de ses performances, l’échange basé aux Seychelles doit non seulement affronter l’hiver crypto comme tous les autres acteurs du secteur, mais également faire face à une baisse majeure du nombre de ses utilisateurs depuis la fermeture du marché chinois en décembre 2021. Marché sur lequel reposait une grande part de son activité et de ses revenus.

Or, dans un contexte très concurrentiel, dominé par des géants comme Binance, Coinbase et FTX, il ne parvient pas à prendre ses marques sur le marché occidental. Il a pourtant des atouts à faire valoir. Ainsi, sa capacité à s’adapter aux différentes juridictions en ayant acquis une kyrielle de licences pour opérer dans de nombreux pays. Il revendique également 1 milliard de dollars de profit en 2021. Des bénéfices le situant juste derrière le leader Binance en termes de rentabilité selon son fondateur.

Un SBF en embuscade ?

De fait, la vente de ses actions pourrait s’avérer fructueuse pour un éventuel repreneur. Sam Bankman-Fried, cofondateur de FTX et d’Alameda Research, pourrait être celui-là. On connaît sa volonté d’étendre son empire et son appétit à réaliser des opérations juteuses pour y parvenir.

Dans le chaos ambiant, il a déjà avancé ses billes dans l’affaire BlockFi, Robinhood, Voyager Digital et d’autres encore. On le voit mal passer à côté d’une opportunité comme celle de Huobi. Elle lui permettrait de répondre à ses critères d’expansion, en récupérant sa large base d’utilisateurs. D’ailleurs, c’est à se demander s’il ne pensait pas à la plateforme en délicatesse quand il a évoqué dernièrement des exchanges secrètement insolvables. Mais en pleine restructuration sociale, avec 30% de salariés licenciés, un fondateur mis en examen pour activités illicites de trading et un bilan en chute libre pour ce premier semestre 2022, pas sûr que Li Lin sorte gagnant de la transaction.

Condensé de L'actu Crypto

Recevez le top 3 de l'actualité crypto chaque dimanche