Le média crypto CoinDesk exposé à des tentatives de rachat

30 novembre 2022 - 11:55

Temps de lecture : 2 minutes

CoinDesk, le site d’actualités crypto de référence qui a été à l’origine de la déroute dantesque de FTX, en révélant le premier un bilan comptable affolant et les pratiques douteuses de sa société jumelle Alameda Research, aurait été approché par des repreneurs. La vente du média qui appartient au Digital Currency Group, également société mère de Genesis en mauvaise posture et d’un Grayscale Investments sur le fil du rasoir, pourrait contribuer à rapporter de l’argent frais au consortium. Une proposition à 300 millions de dollars aurait été rejetée.

CoinDesk suscite la convoitise de repreneurs

Alors que Barry Silbert, le patron du puissant Digital Currency Group (DGC), se démène pour rassurer les investisseurs inquiets de la santé financière de son groupe en raison de la défaillance de sa plateforme crypto Genesis qui a, par ricochet, semé le doute sur la solidité de son autre mastodonte, Grayscale Investments, c’est le média CoinDesk qui pourrait être le premier sacrifié du conglomérat.

En effet, s’il n’y a pas eu officiellement d’annonce de vente, le site d’actualités crypto, propriété de DCG depuis 2016, aurait été approché par différents repreneurs selon le tout jeune média américain Semafor. Ce serait même un large éventail d’acheteurs potentiels qui s’y serait pressé. Aussi bien des sociétés de capital-investissement, des family offices, des fonds spéculatifs que des concurrents directs comme Blockworks. Une première offre à 300 millions de dollars, considérée comme trop modeste, aurait été rejetée.

Le média qui diffuse gratuitement ses informations, réaliserait approximativement 50 millions de dollars de revenus annuels. Des revenus issus à la fois de la publicité et de son rendez-vous très couru, Consensus. Une rencontre qui se tient tous les ans et qui compte parmi les événements crypto les plus anciens et les plus importants. L’année dernière, à Austin, la manifestation a attiré 17 000 participants avec un ticket d’entrée à plusieurs milliers de dollars.

CoinDesk paye t-il pour l’article de Allison qui a mis le feu aux poudres ?

L’article de Ian Allison sur CoinDesk, en date du 2 novembre, a mis le feu aux poudres en révélant que les 14,6 milliards de dollars d’actifs sous gestion de FTX étaient des FTT, le token de la plateforme. Il a en outre révélé que l’exchange se servait des dépôts des investisseurs pour les échanger contre des FTT afin de réaliser des opérations de trading via la société Alameda Research.

Sur la base de ses informations, Changpeng Zhao, le fondateur de Binance, la plus grosse plateforme d’échange mondiale qui détient alors 580 millions de dollars de jetons FTT, annonce le 4 novembre vouloir liquider ses positions. S’en suit une semaine apocalyptique. Elle conduira à la chute spectaculaire de FTX, avec sa cohorte de pertes ou de faillite potentielle pour les investisseurs, particuliers ou institutionnels, dont les fonds se retrouvent bloqués sur la plateforme.

On imagine bien alors la pression que doit subir le média. En accomplissant son travail d’enquête journalistique, il a déclenché l’une des pires catastrophes de l’histoire des cryptos et mis en danger des sociétés appartenant au même groupe que lui. Genesis aurait notamment 175 millions de dollars bloqués sur FTX. Aussi, il n’y aurait rien de surprenant au fait qu’il devienne l’une des victimes du carnage, en étant revendu à des investisseurs plus soucieux de rentabilité que d’informations rigoureuses et honnêtes.

Condensé de L'actu Crypto

Recevez le top 3 de l'actualité crypto chaque dimanche