Ledger surfe sur le Brexit

 Ledger surfe sur le Brexit

Le Royaume-Uni vient de quitter officiellement l’Union Européenne. Son slogan phare et controversé « reprendre le contrôle » a été repris par la société de portefeuilles électroniques Ledger le temps d’un affichage éclair dans la capitale britannique.

 Une rupture scellée

Après 47 ans d’une alliance houleuse, le Royaume-Uni devient le premier pays à quitter l’Union Européenne. Après plus de trois ans de déchirement et d’atermoiement qui auront divisé le pays comme rarement, le Brexit a officiellement eu lieu le 31 janvier.

Si les europhiles sont atterrés, les Brexiters eux sont à la fête. A l’image de leur remuant premier ministre, Boris Johnson, qui a proclamé « le moment d’un vrai renouveau et changement national » dans son discours à la nation, ils croient vraisemblablement à des lendemains qui chantent.

Artisan du Brexit, élu à une large majorité sur la promesse de le réaliser, la tâche s’annonce néanmoins difficile pour l’ex maire de Londres. 52% seulement des Britanniques (72% de votants) ayant voté pour une sortie de l’Europe lors du référendum de 2016. S’il pourra compter sur le soutien de son allié historique américain, les tractations avec l’Union risquent d’être compliquées, notamment en matière de relations commerciales et financières.

Un effet d’aubaine

Mais, ce qui ferme des portes peut en ouvrir d’autres. Ce qui n’a pas échappé à des plateformes comme Bitpanda qui a lancé une campagne publicitaire teintée de provocation.

Ainsi si la crypto-bourse s’est  fermement positionnée contre le Brexit, notamment parce qu’elle est affectée par l’incertitude juridique qui règne autour de la sortie de l’UE, elle manie l’ironie pour attirer le chaland. Outre sa campagne numérique  ciblant les Britanniques qui ont voté oui, son site lui  arbore  une invitation à l’intention des ressortissants de sa majesté.

« Bon vent le Royaume-Uni
Bienvenue les Britanniques »

D’autres, comme la startup Ledger, l’ont joué plus cool, se faisant au passage accusée d’être trop complaisante avec le Brexit. En effet, surfant sur le slogan « Reprenez le contrôle » qui a scandé la campagne pro-Brexit, la société de portefeuilles cryptographiques en a profité pour marquer le coup à sa manière. Le jour J, elle a érigé un panneau d’affichage numérique au cœur du quartier d’affaires de l’est londonien, Canary Wharf.  On pouvait y lire :« Reprenez le contrôle pour de vrai». S’il s’agit pour le fabricant français d’en appeler à conquérir son autonomie financière sans considération d’ordre géopolitique, la communication autour de cet événement publicitaire a été quelque peu maladroite.

«Le jour du Brexit, Ledger sort un panneau d’affichage numérique à Canary Wharf, le centre financier de Londres, pour promouvoir les valeurs fondamentales des crypto-monnaies, qui s’alignent sur les fondements du Brexit.»

Petite audace et grandes ambitions

Pascal Gauthier, PDG de Ledger, s’en est expliqué.

« Il y a des valeurs similaires partagées entre le mouvement Brexit et la communauté crypto. Mais seule la cryptographie permet aux gens de « reprendre le contrôle pour de vrai (…). Le Brexit signifie reprendre le contrôle des frontières et de la monnaie. C’est très centré sur le Royaume-Uni. Bitcoin est le contraire. C’est une technologie mondiale sans frontières. « 

Un cri de ralliement anti-UE qui devient un slogan pro-crypto, il n’en fallait pas plus pour déclencher une polémique. Néanmoins, ce que l’on retiendra, c’est plutôt le clin d’oeil appuyé aux cryptomonnaies dans l’un des temples de la banque traditionnelle. Le quartier de Canary Wharf, plus important centre d’affaires après la City, accueille en effet depuis sa création les Barclays, Crédit suisse, HSBC, Citigroup et compagnie .

Une pointe d’insolence qui fait sourire de la part d’une société qui ne cache pas ses ambitions. En effet, si elle se rêve  en licorne française (start-up valorisée à 1 milliard de dollars), c’est que ses faits d’arme parlent pour elle. Son savoir-faire en matière de sécurité – basé sur la technologie française de la carte à puce – n’est plus à prouver. Et, même si elle doit affronter une concurrence croissante, elle reste leader sur un marché en pleine expansion. Dans cette perspective, Londres et son horizon incertain apparaît comme un territoire propice pour passer à l’offensive. Tout ou presque est à réinventer et Ledger sait, presque mieux que personne au vu de son histoire,  que l’avenir sourit aux audacieux.

Nathalie E.

Nathalie E.

Littéraire open source. Mon credo : contribuer à populariser le monde des cryptos et à encourager sa mixité.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1,182