Les fonds de pension s’exposent aussi au Bitcoin

 Les fonds de pension s’exposent aussi au Bitcoin

L’adoption institutionnelle du Bitcoin gagne tous les secteurs, y compris celui des fonds de pension. Un fonds de retraite néo-zélandais vient de déclarer qu’il y avait consacré 5% de son allocation dès octobre 2020.

Le Bitcoin, un actif pour les vieux jours

KiwiSaver Growth Strategy, un plan d’épargne-retraite de 350 millions de dollars géré par New Zealand Wealth Funds Management, aurait alloué 5% de ses actifs à Bitcoin selon le média néo-zélandais Stuff. Système d’épargne volontaire destiné aux salariés, le fonds de pension compterait 3 millions de membres selon le dernier rapport annuel de la société. 

La société aurait commencé à investir dans le Bitcoin en octobre 2020. A ce moment-là, le prix du BTC oscillait autour de 10 000 $. Le fonds de pension a donc déjà multiplié par plus de cinq son investissement, le Bitcoin affichant aujourd’hui 55 000 $ au compteur.

Ce changement de stratégie de la part de gérants d’actifs classiques a pris son essor en 2020. Le PDG de Grayscale, en première ligne pour déceler cette mutation, l’a révélé récemment. En effet, Michael Sonnenshein évoquant le profil des investisseurs institutionnels de son trust Bitcoin, a déclaré qu’aux côtés de fonds spéculatifs et de fonds de dotation commençaient à figurer des fonds de pension. Selon lui, poussées par la quête de rendement, ces entités plutôt conservatrices témoignent aujourd’hui de plus de flexibilité pour diversifier leurs portefeuilles d’actifs. Et si elles sont capables d’élargir leurs mandats de gestion à un actif comme le Bitcoin, c’est qu’il leur paraît revêtir les mêmes caractéristiques que l’or, valeur-refuge cardinale jusque-là. Une orientation confirmée par le responsable de NZ Funds Management.

Si vous êtes satisfait d’investir dans l’or, vous ne pouvez pas vraiment écarter le Bitcoin. Et le Bitcoin figurera dans davantage de produits KiwiSaver au cours des cinq prochaines années. »

James Grigor, directeur des investissements de New Zealand Funds Management

Une exposition au Bitcoin qui prend de l’ampleur

Mais si un changement des mentalités semble à l’œuvre avec un Bitcoin qui a gagné en maturité et en notabilité, notamment par l’arrivée successive de grandes entreprises y investissant massivement, la dimension résiliente de la crypto-reine en période de crise économique ne convainc pas encore tous les acteurs du secteur. Un autre fonds de pension, Booster, cité par le media néo-zélandais, se montre beaucoup plus réticent.

Bitcoin ne présente pas un ratio risque-rendement acceptable de notre point de vue. (…) Il est trop spéculatif à ce stade. »

Une opinion somme toute plutôt modérée au regard de l’affirmation péremptoire du PDG de Simplicity, une société de gestion de portefeuilles, citée dans le même article.

Bitcoin au sein de KiwiSaver équivaut à un jeu d’argent, pas à un investissement. Je suis surpris qu’un tel gestionnaire puisse le considérer comme une classe d’actifs légitime. »

Alors, sans doute, qu’il faudra encore davantage de temps pour que les fonds les plus réglementés investissent massivement dans le Bitcoin. Mais les mutations s’accélèrent. Et l’hypothèse selon laquelle de plus en plus d’individus, y seront exposés, via les fonds de pension, devient de plus en plus plausible. Rappelons qu’en France, la loi Pacte permet aux sociétés d’assurances d’inclure des Bitcoins dans les contrats d’assurance vie.

Nathalie E.

Littéraire open source. Mon credo : contribuer à populariser le monde des cryptos et à encourager sa mixité.

1,727