Régulation

L’Ouzbékistan bloque l’accès aux exchanges crypto opérant sans licence

17 Août 2022 - 10:28

Binance, FTX, Kraken, Huobi et d’autres ne sont plus en odeur de sainteté sur le territoire ouzbek. Les autorités ont mis leurs menaces à exécution en bloquant l’accès aux exchanges opérant sans autorisation sur le territoire. Une situation qui pourrait vraisemblablement ne pas durer si les plateformes se conforment aux règles prescrites.

L’Ouzbékistan passe à l’action en fermant l’accès aux exchanges crypto étrangers

Le gouvernement ouzbek a bloqué l’accès aux plateformes crypto basées à l’étranger au motif qu’elles n’avaient pas la licence nécessaire pour offrir leurs services aux résidents. A ce jour, tous les exchanges les plus populaires sont possiblement concernés, même si peu d’entre eux ont communiqué sur l’évènement.

L’annonce intervient alors que les autorités locales ont constaté une intensification de l’activité crypto en lien avec des sociétés non autorisées. C’est l’Agence nationale des projets de perspective (NAPP) qui s’est chargée de le faire savoir. Tout récemment désignée comme la contrôleuse en chef du secteur par un décret d’avril du président Shavkat Mirziyoyev sur la réglementation de l’industrie, l’agence nouvellement formée a pour mission de s’engager à faire adopter un « régime spécial de réglementation des cryptomonnaies ».

Les sociétés non agrées n’ont aucune responsabilité légale pour les transactions avec des crypto-actifs et ne peuvent garantir la légitimité des transactions, ainsi que le stockage et la protection appropriés de la confidentialité des données personnelles des citoyens de la République d’Ouzbékistan.

Communiqué de la NAPP

Un seul exchange autorisé pour le moment en Ouzbékistan

De fait, à partir du 1er janvier 2023, les particuliers et entreprises ne pourront mener leurs opérations crypto qu’à partir de fournisseurs de services nationaux qui opèrent conformément aux réglementations locales. Mais d’ici cette date officielle, la tolérance n’est plus de mise, souligne le communiqué.

À partir du moment où [le décret a été publié], nous n’avons pas bloqué les plateformes étrangères, car nous comprenons que nos citoyens ont des fonds sur ces plateformes. Mais cette mesure ne signifiait pas que les citoyens pouvaient commercer en toute sécurité sur des plateformes étrangères jusqu’au 1er janvier 2023. Cela est déjà interdit depuis 2019.

Le chef des opérations de Binance en Europe de l’Est, Gleb Kostarev, a été le seul à signaler que le site Web de la bourse n’était plus accessible aux utilisateurs ouzbeks depuis mardi, précisant que l’interdiction s’étendait également à Huobi, FTX, Bybit, Kraken et d’autres.

A ce jour, l’Ouzbékistan compte un seul exchange crypto réglementé : Uznex, émanation du groupe coréen Kobea qui a assumé le rôle de conseiller technologique  auprès du gouvernement ouzbek. Mais la donne pourrait changer, le régulateur tempérant sa fermeté momentanée, laissant entrevoir des possibilités de concorde.

Nous sommes toujours prêts à examiner les demandes de licence de tous les principaux échanges cryptographiques s’ils souhaitent démarrer leurs activités sur le territoire de l’Ouzbékistan conformément aux exigences de la loi.

Déclaration de la NAPP

Binance, toujours lui, s’est déclaré en pourparlers avec les autorités pour régulariser le statut de la plateforme.

Condensé de L'actu Crypto

Recevez le top 3 de l'actualité crypto chaque dimanche