25 000 points de vente en France pourraient accepter les paiements en cryptomonnaies d’ici 2020

A l’occasion de la Paris Retail Week, GlobalPOS, un éditeur de solutions logicielles de paiement revendiquant plus de 2500 clients, dans 10 pays dans le monde, a annoncé l’extension de son système de paiement Easy2play afin de permettre à une trentaine d’enseignes françaises de potentiellement accepter les règlements en cryptomonnaies.

25 000 boutiques auront la possibilité d’accepter les cryptomonnaies dès 2020

La nouvelle a fait l’effet d’une bombe dans la crypto-communauté française ! En effet, la course à la vulgarisation et à l’adoption des cryptomonnaies n’a jamais connu une telle accélération dans l’hexagone depuis des années et pourtant, l’accès aux paiements numériques serait bel et bien possible dans 25 000 boutiques d’après l’annonce de GlobalPOS. Attention cependant, ce choix reste totalement dépendant des enseignes elles-mêmes, qui peuvent totalement choisir de ne pas utiliser cette possibilité, sachant qu’elle leur est dorénavant proposée. C’est dans le cadre de la Paris Retail Week que la plateforme mère de Easy2Play a présenté le projet d’extension avec une perspective de couverture astronomique, représentée par d’importantes enseignes françaises, dont Boulanger, Foot Locker, Décathlon, Conforama, Maison du Monde, Intersport, Cultura, Norauto et bien d’autres. Pierre Person, le député dans la sixième circonscription de Paris (et crypto-enthousiaste) a confirmé les tenants et aboutissants du projet.

Easy2play qui enregistre pas moins de 50 millions de titres encaissés, proposera sur le marché français son logiciel de conversion de cryptomonnaies (en euros bien évidemment) aux entreprises annoncées. Cette technologie de paiement, basée sur l’application Easy2PlayPayment, est équipée d’un portefeuille EasyWallet, à partir duquel les crypto-utilisateurs pourront effectuer leurs achats. Ceci étant, GlobalPOS indique que l’unique cryptodevise acceptée se résumera au Bitcoin lors du lancement du projet (prévu le premier trimestre 2020). Toutefois, GlobalPOS prévoit de prendre en charge d’autres cryptomonnaies à l’avenir.

“Si dans un premier temps le service que nous proposons ne permet de dépenser que des Bitcoins, notre objectif sera d’ouvrir notre solution à d’autres cryptomonnaies dans le futur” explique Stéphane Djiane, le fondateur de GlobalPOS.

Une exploitation réglementée par la loi PACTE

La législation française avait tranché sur l’exploitation des cryptomonnaies et des paiements numériques lors du vote de la loi PACTE (Plan d’Action pour la Croissance et la Transformation des Entreprises) en juin 2018. Le volet crypto a ainsi bénéficié d’une réglementation positive et ouverte, en ouvrant droit aux “prestataires de services d’actifs numériques [PSAN]” l’utilisation des services d’émission de tokens ou de traitement de paiement numérique après autorisation de l’AMF.

GlobalPOS s’attend ainsi à jouir de cet agrément par le biais de ses partenaires, à savoir Deskoin ou Savitar, annoncés comme responsables des conversions des cryptomonnaies en euros (pour le moment ce sont les deux seuls acteurs, malgré le fait que d’autres acteurs aient été évoqués par la communauté sur Twitter, notamment ZEBITEX). La solution développée par GlobalPOS et ses partenaires s’inscrit dans le cadre légal défini par la France pour la loi Pacte. Dans cette optique, le fonctionnement classique des enseignes ne sera pas impacté puisque “les plateformes de trading seront en charge de la conversion des Bitcoins en euros“, confirme la société.

Une étape primordiale pour le commerce français

Le gouvernement français ne rechigne pas devant les opportunités technologiques, et certainement pas devant la blockchain. Bien que son ministre des finances, Bruno Le Maire, s’est montré peu enthousiaste à l’idée d’accepter des projets externes tels que le Libra (Facebook), la perception générale de l’écosystème semble de plus en plus ouverte dans le territoire hexagonal. Et pour preuve, la loi PACTE s’est tournée vers une politique de prévention (limitation des ICO par exemple) plutôt que d’interdiction.

D’autre part, les Français ne sont pas moins sensibles à l’idée d’étendre l’expérience crypto. Dans un rapport d’étude effectué par Kantar TNS en 2018, il a été révélé que 6,7 % des Français détiennent des cryptomonnaies, correspondant à 4 millions d’individus. A la suite de l’introduction de ses 25 000 prestataires, le paiement numérique à base de cryptomonnaies pourrait ainsi atteindre un niveau encore plus élevé, grâce à une adoption croissante, et ce, en couvrant de multiples secteurs tels que les boutiques de sport, de technologie, de mode, de culture, etc…

Cependant, le décalage entre la promesse de GlobalPOS et l’effectivité de ce projet reste à définir, étant donné que les 25000 points de vente annoncés représentés par la trentaine d’enseignes françaises n’ont pas encore donné leur aval. “Nous la rendons disponible aux enseignes, qui vont décider, ou pas, de l’utiliser” souligne Djiane. Attention donc à ne pas interpréter trop rapidement cette information.

Commentaires

id, ut commodo massa tristique id felis sem, dictum mattis ut
43 Partages
Partagez
Tweetez
Partagez