Le président Vénézuélien ordonne à des compagnies d’accepter le Petro, un nouveau jeton en préparation

Près de 600 millions de dollars ont été levés lors de la prévente de la nouvelle cryptomonnaie « Petro ». Émise par le gouvernement du Venezuela, cette devise virtuelle cryptographique est soutenue par des réserves pétrolières, afin d’aider l’économie plus que vacillante du pays et contrer les sanctions américaines.

Selon un enregistrement publié sur Twitter par la chaîne de télévision VTV, le président Nicolas Maduro a ordonné à plusieurs sociétés d’État de convertir un pourcentage de leurs ventes et achats en Petro, la toute nouvelle cryptomonnaie d’État lancé par le gouvernement.

« J’ai donné l’ordre à la société PDVSA, Pequiven et CVG de réaliser dès aujourd’hui un pourcentage de leurs ventes et achats dans le Petro »

PDVSA est une compagnie pétrolière et gazière d’État qui, tout comme le gouvernement vénézuélien, fait l’objet de sanctions américaines mises en place après l’élection présidentielle de Maduro. Pequiven est une société pétrochimique et Corporacion Venezolana de Guyana (CVG) est un conglomérat comprenant des producteurs d’aluminium et d’or.

Nicolas Maduro a également déclaré que les citoyens seront en mesure de payer leur carburant, les services aériens et touristiques avec des devises cryptographiques, y compris le Petro. Le gouvernement avait déjà promis d’accepter les Petro pour le paiement les impôts et autres services publics.

Un nouveau jeton à prévoir

Cette expérience semble avoir particulièrement plu au président du Venezuela, qui aurait déclaré vouloir lancer un nouveau jeton, le « Petro Gold ».

« La semaine prochaine, je vais lancer le Petro Gold, soutenu par de l’or, qui est encore plus puissant, qui renforcera le petro », aurait déclaré Maduro dans un discours prononcé mercredi, selon le média Vice.

Aucun détail n’a cependant été donné concernant cette possible nouvelle cryptomonnaie, et aucun livre blanc ne semble avoir pour l’heure été rédigé.

Celui du « Petro » existe pour sa part bel et bien – il a été publié début février -, mais n’a pas été totalement respecté. En effet, ce dernier indiquait que le Petro aurait dû être un token ERC20 (basé sur la blockchain Ethereum) mais un changement de dernière minute a eu raison de cette caractéristique technique; les Petro utilisent en réalité la blockchain NEM.

d’après coindesk

CryptoActu se veut être un média particulièrement objectif et impartial dans ses propos. Les règles éditoriales que nous avons mises en place interdisent à l’équipe rédactionnelle de conseiller des mouvements et des positions de trading ou d’investissement.

Commentaires

Advertisment ad adsense adlogger