Plateformes d'échanges

Promotion de Voyager Digital – Mark Cuban traîné en justice

12 Août 2022 - 15:00

Décidemment, le feuilleton Voyager Digital aura fait tomber plusieurs têtes. Les tribunaux américains n’ont jamais autant jugé d’affaires liées aux cryptomonnaies que depuis l’année 2022. En effet, nombreuses sont les entreprises a avoir fait faillite au cours des derniers mois. Un phénomène largement aggravé pour tous ceux qui n’avaient en réalité pas de perspectives commerciales viables sur le long terme. Et entre les créanciers, les régulateurs et la pression politique, les plateformes d’échange de cryptomonnaies n’ont que peu de répit.

Cette fois-ci, le principal mis en cause est le milliardaire Mark Cuban. Lui et sa société (les Dallas Mavericks) devront effectivement répondre des accusations selon lesquelles ils auraient fait la promotion d’une plateforme se rapprochant d’un système de Ponzi. Bien évidemment, il s’agit de Voyager Digital.

Rappelons brièvement que, comme d’autres, elle n’a pas supporté l’hiver crypto et ses conséquences désastreuses (pénurie de liquidités, effondrement en cascade de nombreux acteurs dont notamment le crash de Luna (Terra) et du fonds d’investissement Three Arrows Capital (3AC)). Vous commencez à le savoir, Voyager Digital a donc déposé le bilan et s’est placée sous le régime protecteur des faillites (chapitre 11) aux États-Unis.

Finance Décentralisée (DeFi)

Voyager Digital dépose le bilan

Nathalie E. - 06 Jul 2022 - 09:40

La plateforme crypto, en mauvaise posture depuis la liquidation du hedge Fund [...]

Lire la suite >>

Dans ce contexte, l’on constate une augmentation significative des actions en justice à l’encontre des exchanges mais aussi directement à l’encontre des personnes physiques liées de plus ou moins près à chaque projet. Il est vrai que les consommateurs accusent, eux aussi, de lourdes pertes qui peuvent les placer dans des situations financières d’une extrême gravité.

« Pendant la flambée des prix de la cryptomonnaie, de nombreuses entreprises du Web3, dont apparemment Voyager Digital, ont prétendu que les lois et règlements existants ne s’appliquaient pas au domaine de la cryptomonnaie. »

Shane Seppinni, fondateur de la law firm Seppinni LLP.

Les clients de Voyager se regroupent contre Mark Cuban

Selon la presse locale, l’action en justice est le fruit d’un regroupement entre créanciers, clients et investisseurs de Voyager Digital. Ils allèguent que Mark Cuban, propriétaire de Dallas Mavericks, a attiré de nombreux nouveaux clients pour Voyager Digital. En outre, il dénonce la promotion qu’il a fait de la plateforme.

Mark Cuban Voyager Digital
Mark Cuban.

Le recours collectif déposé hier devant le tribunal fédéral de Floride décrit les accusations. Il y est expliqué que la société dont il a fait la publicité est une « fraude non réglementée, semblable à d’autres systèmes de Ponzi. ». Or, il n’a jamais souligné les risques, prétendant qu’il n’y en avait pas ou très peu.

Mark Cuban, qui n’est pas le seul mis en cause dans cette affaire – la plainte visant également Stephen Ehrlich – aurait fait perdre plus de 5 milliards de dollars à environ 3,5 millions d’investisseurs.

Plus précisément, les défendeurs avaient pris contact individuellement avec les particuliers (via Dallas Mavericks) pour « les encourager à investir avec la plateforme. » En effet, peu de temps après l’annonce du partenariat entre Mark Cuban et Dallas Mavericks en juillet 2021, une annonce publiée promettait aux utilisateurs de fournir des récompenses en cas d’investissement. Elle indiquait notamment que les cryptomonnaies étaient un « investissement attrayant pour les investisseurs novices qui pourraient n’avoir que 100 dollars pour commencer ».

Cryptomonnaies

Voyager Digital - Rejet de l'offre de FTX "déguisée en sauvetage"

Hugh B. - 25 Jul 2022 - 09:56

Les périodes de crise ne sont pas forcément négatives pour tout le monde. Et [...]

Lire la suite >>

Aussi, le groupe de créanciers pointe du doigt les comptes de programme de gain (EPA) proposés par Voyager Digital. Pour eux, il s’agit de titres non enregistrés (donc, il était illégal de les proposer).

« Même des personnes intelligentes comme Mark Cuban se sont laissées prendre au piège de l’engouement. Mais maintenant que les prix des cryptomonnaies se sont effondrés, il est évident que des théories juridiques vieilles de plusieurs siècles comme la fraude, la violation du devoir fiduciaire et la conspiration civile sont aussi applicables aux cryptomonnaies qu’ailleurs. »

Shane Seppinni, fondateur de la law firm Seppinni LLP.

Condensé de L'actu Crypto

Recevez le top 3 de l'actualité crypto chaque dimanche