Sénat américain vs cryptomonnaies – Le scandale de l’infrastructure bill

 Sénat américain vs cryptomonnaies – Le scandale de l’infrastructure bill

La régulation a cela de très particulier qu’elle semble toujours être à côté de la plaque en ce qui concerne les cryptomonnaies. Cela entre son train de retard technologique digne de la SNCF. Et la capacité de ses représentants à discuter de la façon de contrôler un domaine auquel ils ne connaissent – de toute évidence – pas grand chose. Le tout avec ce petit soupçon de mauvaise foi qui ne retire rien à ce spectacle de désolation. Un sport très américain avec la Security and Exchange Commission (SEC) en tête du cortège funèbre. Mais qui voit certains alliers se réveiller lorsqu’il est question de trouver quelqu’un pour payer les factures. Car l’argent n’a après tout que l’odeur qui arrange ceux qui décident…

Ce n’est pas une nouveauté que d’affirmer la volonté des instances de régulation de nuire au développement de l’univers des cryptomonnaies. Cela sans leur retirer néanmoins cette capacité à utiliser toutes les armes à leur disposition. Et peu importe que ces dernières soient intellectuellement recevables ou issues de poncifs et autres préjugés sans fondement. Car l’objectif reste d’étaler le peu de confiture détenu sur une tartine devenue depuis très longtemps impossible à faire avaler à quiconque.

Une situation qui connaît visiblement un nouveau chapitre en train de s’écrire sur le territoire des Etats-Unis. Cela suite au vote du Sénat à propos de la facture à payer pour réparer et développer les infrastructures nationales (infrastructure bill). Une enveloppe de 1000 milliards de dollars qui semble avoir du mal à trouver des personnes motivées pour mettre la main à la poche, dans ce pays censé être le plus riche du monde. Et qui a vu germer une idée aussi loufoque qu’incongrue : pourquoi ne pas aller chercher de l’argent dans le domaine des cryptomonnaies. Ce nid à terroristes et autres blanchisseurs d’argent qui pourrait bien au final être un peu plus fréquentable en ces temps difficiles.

Le scandale de l’infrastructure bill

Et loin de passer inaperçue, cette affaire de l’infrastructure bill est en train de secouer une nouvelle fois l’univers des cryptomonnaies américain. Un écosystème déjà fortement échaudé par la récente affaire des portefeuilles auto-hébergés. Et à laquelle Joe Biden a mis un terme – plus temporaire que définitif – lors de son arrivée au pouvoir. Ou encore cette volonté du département du Trésor d’imposer il y a peu un signalement pour les transactions crypto supérieures à 10 000$. Cela afin de lutter contre l’évasion fiscale et de contrôler plus strictement ce marché considéré comme « sauvage ». Car il est de notoriété publique que l’économie traditionnelle américaine ne l’est pas…

Quoi qu’il en soit, le débat fait rage tout autant à l’intérieur qu’à l’extérieur de l’enceinte du Sénat américain. Cela avec d’un côté des sénateurs qui se demandent laquelle des blockchains de type Proof of Stake (PoS) ou Proof of Work (PoW) devrait être ponctionnée. Ou si un développeur de protocole de la DeFi doit ou non participer à cette infrastructure bill au titre de « courtier numérique ». Et en face, des membres historiques de l’univers des cryptomonnaies en train de se demander ce qui se passe réellement. Et qui craignent que cette course hystérique à la recherche de fonds ne soit que le début de quelque chose de bien plus grave.

« Il y a quelques moments clés qui définissent notre avenir. L’un se passe actuellement au Sénat avec le projet de loi sur les infrastructures. A la 11ème heure Mark Warner a proposé un amendement qui déciderait quelles technologies fondamentales sont acceptables et lesquelles ne le sont pas dans la crypto. C’est désastreux. » – Brian Armstrong

Choisir « les gagnants et les perdants »

Une position que le fondateur de Coinbase a exposée dans un long thread publié sur Twitter. Et qui voit dans cette cacophonie presque risible un « gouvernement qui essaie de choisir les gagnants et les perdants dans une industrie naissante où de nouvelles technologies sont développées chaque mois ». Ce qu’il compare au fait de le laisser décider que le système iOS est acceptable, mais pas la technologie Android. Un raisonnement auquel l’inévitable Elon Musk n’a pas manqué de venir apporter quelques éléments supplémentaires. Cela en insistant sur le caractère hâtif de cette réglementation plus opportuniste que sérieuse.

« Entièrement d’accord, ce n’est pas le moment de choisir les gagnants ou les perdants de la technologie des cryptomonnaies. Il n’y a pas de crise qui oblige à une législation hâtive. » – Elon Musk

Les cryptomonnaies n’ont pas besoin de régulation mais de clarification

Car en fait ce qui se passe ressemble plus à une sorte de mascarade en mode pic et pic et colegram. Avec des sénateurs qui d’un côté proposent (amendement Wyden-Lummis) d’exempter uniquement les acteurs non dépositaires (custodial). Et d’un autre (amendement Warner-Portman) une proposition qui n’exempterait explicitement que les mineurs des blockchains de type Proof of Work (PoW) comme le Bitcoin. Mais également – allez savoir pourquoi – les fournisseurs de portefeuilles.

Et même si certaines sources laissent penser qu’aucune de ces propositions ne pourrait recueillir de vote, l’affaire n’est pas close pour autant. Car cela crée un précédent quant à une possible volonté de législation à deux vitesses et à la carte de l’univers des cryptomonnaies.

Une nouvelle mobilisation aux US ?

Raison pour laquelle d’autres membres de l’écosystème des cryptomonnaies se mobilisent actuellement. Comme par exemple Charles Hoskinson, fondateur du projet Cardano (ADA), qui appelle à l’unité pour s’opposer à ce projet de loi. Cela dans une vidéo publiée sur Youtube dans laquelle il aborde le caractère présenté comme « inhumain » de cette volonté de taxation arbitraire. Et la trop vague définition de ce que sont effectivement ces « courtiers numériques » susceptibles d’en faire les frais, au sens propre comme au figuré.

La cryptosphère US fait front commun contre la volonté de surveillance du FinCEN

Quoi qu’il en soit, cette procédure de l’infrastructure bill a été suspendue suite au blocage du sénateur Bill Hagerty. Cela en raison des multiples complications que sa mise en place effective semble poser. Une décision qui ne permettra cependant pas d’annuler ces amendements en relations aux cryptomonnaies. Et de les voir passer par la case des débats. Ce qui, en l’absence d’un accord unanime, devra se terminer par une soumission au vote des sénateurs. Une affaire à suivre de près…

Hugh B.

Passionné par l'univers des cryptomonnaies. J'attache une grande importance à la vulgarisation pour rendre les choses compréhensibles et accessibles à tous. Mes articles ne sont en aucun cas des conseils financiers. DYOR !

1,725