Un connaisseur du Bitcoin à la tête de la SEC

 Un connaisseur du Bitcoin à la tête de la SEC

Comme pressenti, Gary Gensler devrait être nommé nouveau patron de la Securities and Exchange Commission (SEC) des Etats-Unis par le président fraîchement élu Joe Biden. Une nomination perçue plutôt positivement par la cryptosphère. L’ancien président de la Commodity Futures Trading Commission (CFTC) est en effet un connaisseur aguerri du Bitcoin, des cryptomonnaies et des protocoles blockchain. Néanmoins, l’optimisme béat n’est pas de mise, Gary Gensler étant plutôt partisan d’une régulation renforcée.

Un fin connaisseur des cryptos accède à la présidence de la SEC

C’est fait. Gary Gensler qui s’était porté candidat à la présidence de la SEC a, selon Reuters, obtenu le poste convoité. Une nomination cruciale pour l’univers des cryptomonnaies dans la mesure où l’organe de régulation américain peut faire et défaire les réglementations liées aux crypto-actifs. Voir le dernier exemple en date avec Ripple.

Gary Gensler, déjà en charge des politiques financières dans l’équipe de transition de Biden, peut se prévaloir d’être l’homme de la situation dans un contexte économique difficile. Sous l’administration Obama, en tant que président de la CFTC, il avait déjà été chargé de faire appliquer les nombreuses dispositions de la loi Dodd-Frank consécutives à la crise financière de 2008. Il a également servi dans le département du Trésor pendant un mandat de Clinton. En vacance du pouvoir sous la présidence Trump, il s’est notamment consacré à l’enseignement, dispensant des cours au MIT sur la blockchain, les monnaies numériques, la technologie financière et les politiques publiques.

Autre fait d’arme pour la cryptosphère, son témoignage devant le Congrès au sujet des cryptomonnaies. Il a notamment repoussé de façon argumentée les comparaisons avec des schémas de Ponzi. Il a également apporté une réponse équilibrée à l’émergence de jeton comme celui de Facebook.

Décrit un peu excessivement par le Wall Street Journal, en 2018, comme ayant « Bitcoin on the Brain », le politicien de 63 ans est convaincu de la capacité de l’industrie à transformer la système de paiement actuel.

La technologie crypto et blockchain est en train d’agir en tant que catalyseur de changement. Cela ne correspondra peut-être pas aux hautes attentes des maximalistes, mais il s’agira sûrement de la contribution la plus durable de Nakamoto. »

Gary Gensler in Coindesk

Quel avenir se dessine pour Bitcoin ?

Déjà, un président de la SEC qui comprend et et est capable d’apprécier le potentiel des technologies blockchain et des cryptomonnaies est un énorme progrès. Jay Clayton, son prédécesseur, était indéniablement moins sensible à cet aspect. Sa grande obsession étant plutôt de freiner ce marché. Un marché qu’il voyait comme un terrain miné, sujet aux manipulations les plus effrénées.

Néanmoins, la nomination de Gary Gensler n’est pas un blanc-seing pour tous les projets cryptos et leurs dérivés. Les observateurs pensent cependant qu’un ETF Bitcoin pourra désormais être approuvé, compte tenu des efforts soutenus pour en lancer un aux États-Unis et de l’intérêt institutionnel pour ces produits. Rappelons que de nombreuses entreprises, comme VanEck, ou Gemini, en réclament en vain depuis longtemps. Pour le reste, tout reste à voir.

Gensler encouragera peut-être le président élu à explorer les actifs numériques en tant que solutions potentielles pour permettre aux Américains d’avoir un meilleur accès aux services bancaires et aux produits de prêt, une des promesses de campagne de Biden. Mais, sans doute, qu’à la différence du camp républicain qui s’inscrit plutôt du côté du laisser-faire avant d’agir – d’où les déconvenues fracassantes de projets comme le GRAM de Telegramles démocrates eux sont plus interventionnistes. L’industrie crypto risque donc davantage d’encadrement.

En bref, quelles orientations pour Bitcoin ?

Dans un entretien à Bloomberg en 2018, Gary Gensler l’avait très clairement formulé. Il a en effet soutenu qu’il fallait plus de réglementation pour éviter les fraudes et le blanchiment d’argent.

La cryptomonnaie comme le Bitcoin a besoin de plus de protection et de réglementation que le pétrole.« 

Pour lui, il y a un avenir possible pour Bitcoin et consorts seulement si les investisseurs se sentent en sécurité face à ce type d’actifs décentralisés. En bref, si l’on se fie à ses différentes interventions, il faut vraisemblablement s’attendre à de nouvelles réglementations pour protéger les droits des investisseurs. En contrepartie, il y aura certainement une clarification sur la fiscalité des cryptos. Sans doute aussi verra t-on une adoption de Bitcoin sur les marchés traditionnels avec l’acquisition du statut d’instrument financier à part entière.

Nathalie E.

Nathalie E.

Littéraire open source. Mon credo : contribuer à populariser le monde des cryptos et à encourager sa mixité.

1,241