Régulation

Une anti-crypto à la tête du régulateur bancaire américain ?

23 Sep 2021 - 12:57

L’administration Biden aurait l’intention de nommer une personnalité connue pour ses positions anti-crypto à la tête de l’Office of the Comptroller of the Currency (OCC), l’instance de régulation du secteur bancaire américain. Une mauvaise nouvelle supplémentaire au moment où l’ambiance réglementaire autour de l’industrie crypto se fait plus âpre aux Etats-Unis.

Une nomination peu favorable aux cryptos

Saule Omarova, qui enseigne le droit à l’Université de Cornell, pourrait devenir la prochaine contrôleuse de la monnaie selon un article de Bloomberg. Une nomination qui ne serait pas forcément de bonne augure pour l’écosystème crypto.

En effet, l’universitaire spécialisée en droit bancaire et en finance d’entreprise a plutôt exprimé dans le passé des avis tranchés sur la question. Plaidant pour une surveillance plus stricte du secteur bancaire, elle a pu déclarer vouloir « mettre fin à la banque telle que nous la connaissons », proposant notamment que la banque centrale américaine fournisse des services bancaires aux consommateurs, plutôt que les banques privées existantes.

Une position radicale qui s’accompagne d’une posture tout aussi critique vis à vis des cryptos et plus généralement des fintechs, considérant qu’elles contribuent à menacer la stabilité économique et qu’elles bénéficient principalement « au système financier dysfonctionnel que nous avons déjà ». Coindesk est allé dénicher le long développement qu’elle y a consacré.

L’incroyable voyage de Bitcoin d’une obscure expérience techno-utopique aux livres de tenue de marché de Goldman Sachs et aux portefeuilles d’investisseurs institutionnels est également fascinant dans un sens plus profond. (…) Il fournit un exemple frappant de la façon dont la technologie fintech peut être et est utilisée pour synthétiser efficacement des actifs financiers négociables à partir de rien. »

Saule Omarova,  New Tech v. New Deal: Fintech as a Systemic Phenomenon

Une administration Biden plus menaçante

Si le mandat de l’ancienne conseillère du Trésor américain pendant la présidence de George W. Bush se confirme, l’industrie crypto peut s’attendre au pire. Mais rien n’est joué. Les démocrates détiennent actuellement une faible majorité au Sénat et le secteur bancaire devrait faire pression pour empêcher sa nomination. Les autres candidats pressentis avant elle en ont fait les frais, non retenus par crainte d’un soutien insuffisant.

Michael Hsu, un ancien responsable de la Fed (la réserve fédérale américaine) qui dirige l’OCC pourrait alors voir prolonger son interim. Moins radicale que sa potentielle successeure, il a néanmoins comparé la crypto à «l’or des fous» en raison du nombre d’escroqueries et de projets frauduleux dans l’écosystème.

Avec l’administration Biden, un virage est en train de s’opérer. La mandature Trump s’était montrée plus compréhensive avec l’industrie crypto, partisane plutôt du laisser-faire que du tout-règlement. Le passage de Brian Brooks en fin de présidence a notamment positivement imprimé sa marque en publiant des directives pour autoriser les banques à détenir des fonds de réserve pour les stablecoins et à fournir des services de stockage de cryptomonnaies à leurs clients.

Condensé de L'actu Crypto

Recevez le top 3 de l'actualité crypto chaque dimanche