Unilever compte utiliser la technologie blockchain pour lutter contre la crise climatique

 Unilever compte utiliser la technologie blockchain pour lutter contre la crise climatique

La technologie blockchain est au coeur de toutes les attentions en matière de technologie émergente aux multiples possibilités. Au point que le simple fait de prononcer son nom permet d’appartenir au monde des entreprises innovantes et « disruptives. »  C’est sur cette vague que souhaite surfer le géant de l’industrie agroalimentaire Unilever. 

La multinationale Unilever figure dans le top 5 des géants de l’agroalimentaire avec un chiffre d’affaires annuel qui se compte en dizaines de milliards de dollars. Elle rassemble pas moins de 13 marques différentes qui vont de Amora à Rexona, en passant par le thé Lipton et les glaces Carte d’Or. Ce qui en fait un acteur majeur de notre monde, mais également un consommateur effréné de ressources naturelles comme l’eau, en particulier dans les pays émergents.

Raison pour laquelle elle vient de publier un communiqué de presse dans lequel elle s’engage à lutter contre le changement climatique et à préserver les ressources naturelles pour les générations futures. Une volonté louable qu’il est difficile de ne pas balayer d’un revers de la main pour la faire tomber dans le même sac que Mc Donald’s prétendant se préoccuper du bien-être animal. Quoi qu’il en soit, la technologie blockchain semble invitée à cette grand-messe de l’écologie de multinationale aux tonalités de greenwashing.

La blockchain au service de l’écologie

Dans ce communiqué, la société Unilever s’engage à utiliser des technologie émergentes pour limiter son impact écologique. Cela dans le cadre d’une volonté de traçabilité accrue. Et dans la liste des possibilités avancées figure la technologie blockchain appliquée au développement d’une chaîne d’approvisionnement sans déforestation d’ici 2023. 

« Pour ce faire, nous augmenterons la traçabilité et la transparence en utilisant les technologies numériques émergentes – telles que la surveillance par satellite, le suivi de la géolocalisation et la blockchain – accélérant l’inclusion des petits exploitants et modifiant notre approche de l’approvisionnement en produits dérivés. » 

Un objectif qui devrait permettre d’annuler l’impact de l’activité d’Unilever d’ici à 2039. Ce qui représente une belle mise en pratique de la blockchain au service d’une cause nécessaire. Il reste à voir comment son application prendra effet et si ces promesses ne seront pas de vains mots.

Hugh B.

Hugh B.

Grand voyageur. Passionné par l'univers des cryptomonnaies. J'attache une grande importance à la vulgarisation pour rendre les choses compréhensibles et accessibles à tous.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1,142