Analyse : Le passage à Ethereum 2.0 pourrait enclencher une hausse record de l’ETH

 Analyse : Le passage à Ethereum 2.0 pourrait enclencher une hausse record de l’ETH

Parmi les dates clés de cette année 2020 figure le passage à la version d’Ethereum 2.0. Un basculement en préparation depuis quelque temps déjà, qui doit devenir effectif d’ici quelques mois. Et selon certains analystes cela pourrait figurer le début d’une nouvelle ère pour Ethereum. Avec une hausse du prix de l’ETH significative. 

Le prochain halving du Bitcoin n’est pas la seule échéance qui anime les esprits de la cryptosphère, en cette année 2020. Le passage très attendu à la version 2.0 de Ethereum est également au centre des attentions. Et cette mise à jour pourrait se révéler au moins tout aussi riche en conséquences sur l’univers des cryptomonnaies que les mouvements attendus du BTC. Car Ethereum est la blockchain sur laquelle presque tout repose. De la Finance Décentralisée aux jetons ERC20 et NFT, en passant par le célèbre Tether (USDT), elle est le socle sur lequel bien des projets se construisent. D’où son titre bien mérité de Money Lego.

Le plus grand changement économique actuel

Adam Cochran ne mâche pas ses mots lorsqu’il parle de cette échéance du passage à Ethereum 2.0. Il livre une analyse de la situation dans un article complet, qui résume un long Thread publié sur Twitter. Selon lui, le mécanisme qui va être enclenché par la mise en place de cette nouvelle version, tirera inévitablement les prix de l’ETH vers le haut. Il dénombre 7 raisons qui selon lui permettent d’étayer cette théorie.

Adam Cochran Ethereum

En résumé, le rendement de 3% à 5% que propose la mise en gage d’ETH pour permettre le développement de sa solution de Proof of Stake (PoS) devrait attirer de grands investisseurs, à la recherche de placements de ce type. Ces derniers vont entrer dans le projet jusqu’à atteindre le seuil fatidique des 30%. Un mouvement qui devrait déclencher l’arrivée en masse des investisseurs plus frileux, surfant sur un effet FOMO, alimenté par une raréfaction de l’offre. Un événement qui, selon Cochran, devrait être fortement amplifié par le nombre actuel d’acheteurs « vérifiés et prêts à l’emploi » qui dorment sur les plateformes d’échange. Coinbase à elle seule en compte déjà plus de 30 millions.

Un titre fou sur MSNBC

Une fois ces paramètres correctement alignés, il ne manque plus que l’étincelle qui devrait mettre le feu au marché de l’ETH. Et pour cela il compte sur les investisseurs particuliers qui ne se soucient pas de la profondeur d’un marché, mais « veulent juste entrer ». Adam Cochran parle d’un « titre fou de MSNBC sur la croissance d’Ethereum pour leur rappeler leur compte Coinbase, et les investisseurs de détail créent une rafale. »

Tout cela mis bout à bout devrait mettre en confrontation directe une baisse de l’offre enclenchée par le blocage d’ETH dans son protocole et une hausse de la demande engendrée par le mouvement des acheteurs impulsifs. Et si, comme Cochran le prédit, cela se passe dans un laps de temps réduit, tous les ingrédients sont là pour une flambée des prix digne de la hausse historique de 2017. Mais cela ne représente qu’un mouvement à court terme.

Une hausse solide sur le long terme

Car indépendamment des questions d’offre et de demande en ETH, le projet Ethereum 2.0 est réellement un nouveau souffle pour son développement. Fini les temps d’attente liés à des congestions, les coûts élevés des transactions et les dApps qui rament. La nouvelle version d’Ethereum promet plus de fiabilité et de fluidité dans un univers en constante évolution. Et la réponse apportée, si elle s’avère efficace, va inévitablement conduire à une plus grande adoption.

« En termes simples, plus il y a de demandes réelles pour utiliser le système, plus le prix augmente, car il y a une réelle valeur sous-jacente créée pour l’utilisateur. » – Adam Cochran

L’auteur ne s’arrête pourtant pas là. Cette adoption de masse va enclencher une montée des prix qui, selon lui, va sonner le rappel des baleines. Ces dernières sont à l’affut de rendements intéressants et vont réinvestir leurs bénéfices dans Ethereum, pour accompagner sa hausse enclenchée. Et comme plus d’entrées dilue le gains potentiels, elles devront investir plus, dans un système de mise en concurrence pour un résultat identique. 

La septième raison invoquée concerne le burn d’une partie des frais de transactions (basefee), inclut dans le protocole d’Ethereum 2.0. Une sorte de cerise sur un gâteau déjà bien appétissant. Cela représente tout de même la disparition de 10 000 ETH/an selon l’auteur. Un chiffre qui augmentera avec l’utilisation, mais qui pour le moment n’est que de 0,01% de l’offre totale annuelle. Cependant, si Ethereum devient cet acteur central d’un univers en plein essor, ce montant en ETH brûlé pourrait à terme dépasser celui du nombre émis, créant une  baisse de l’approvisionnement à long terme. Et c’est là une très bonne nouvelle pour tout investisseur désireux de réaliser des bénéfices !

Hugh B.

Hugh B.

Grand voyageur. Passionné par l'univers des cryptomonnaies. J'attache une grande importance à la vulgarisation pour rendre les choses compréhensibles et accessibles à tous.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1,139