Paymium intègre Liquid Bitcoin (L-BTC) – Focus sur cette sidechain de Bitcoin

 Paymium intègre Liquid Bitcoin (L-BTC) – Focus sur cette sidechain de Bitcoin

L’exchange français Paymium vient d’intégrer le Liquid Bitcoin (L-BTC) à sa plateforme. L’occasion de revenir sur cette sidechain de Bitcoin destinée aux acteurs du secteur et qui permet le transfert rapide, confidentiel et sécurisé de fonds.

Une chaîne latérale pour fluidifier les échanges

La plateforme d’échange crypto co-fondée par Pierre Noizat a annoncé prendre désormais en charge le Liquid-Bitcoin (L-BTC). Devenu membre de la Liquid Fédération depuis le 29 juillet, Paymium figure aux côtés de 52 autres membres, principalement des exchanges et des entreprises liées aux cryptomonnaies.  Le Liquid Network, couramment abrégé en Liquid, a été créé par la société Blockstream qui oeuvre pour améliorer le protocole et l’infrastructure autour de Bitcoin, un peu trop au goût de certains qui lui reprochent de trop en faire, sabrant le principe d’un protocole décentralisé. Blockstream a notamment implémenté le Lightning Network (un soutien relatif selon les mêmes détracteurs) et a lancé des satellites relayant les transactions Bitcoin depuis l’espace.

Pour ce qui concerne Liquid, l’idée est simple. Comme son nom l’indique, il s’agit de fluidifier les échanges. Bitcoin, on le sait, souffre d’un problème de scalabilité (mise à l’échelle) pouvant entraîner des fees (frais) élevés. Liquid se propose d’y remédier en permettant des transferts de L-BTC en moins de deux minutes, 10 minutes pour la blockchain Bitcoin, pour des frais dérisoires. Les transferts de bitcoins quasi instantanés entre les échanges permettent aux utilisateurs de profiter pleinement des opportunités d’arbitrage.

Atouts du réseau Liquid Bitcoin

Mais pour en bénéficier, il faut au préalable obtenir des L-BTC. En effet, pour réaliser des transactions sur le réseau Liquid, l’utilisateur doit payer les frais de transaction en cryptomonnaie L-BTC, un token adossé au bitcoin dans une stricte équivalence 1:1. Pour obtenir des L-BTC, il lui faut donc immobiliser des bitcoins sur le réseau Bitcoin, puis réclamer la même quantité de L-BTC sur le réseau Liquid en retour. De fait, lors d’une transaction, les bitcoins ne seront pas réellement transférés. Liquid va les ancrer sur la blockchain principale pour générer une quantité égale de jetons (L-BTC) sur une chaîne parallèle et c’est eux qui seront transférés.

Outre un débit de transactions beaucoup plus important, le réseau latéral L-BTC, qui s’appuie sur le logiciel open source Elements, propose d’autres fonctionnalités. Ainsi, il est possible de créer des tokens sur Liquid. Le Tether USD (L-USDt), stablecoin indexé sur le dollar américain, est déjà implémenté mais il peut aussi y avoir des NFT (des tokens non fongibles c’est à dire des actifs numériques uniques) ou des actions. Chaque actif peut ensuite être librement échangé au sein-même du réseau . Enfin, sur Liquid les transactions peuvent être confidentielles. Une entreprise peut ainsi protéger ses données en masquant le type d’actif négocié et le montant transféré.

Une gouvernance centralisée

Contrairement au réseau Bitcoin qui possède une gouvernance décentralisée, le réseau Liquid, comme décrit par Sia Partners, est constitué de serveurs fédérés qui se coordonnent pour créer à tour de rôle les blocs et les signer avec leur clé cryptographique. Lorsqu’un bloc est signé par les deux tiers des serveurs du réseau, celui-ci devient valide et est ajouté à la blockchain de manière définitive.

Gouvernance de Liquid ; source : Sia Partners

Autrement dit, le bon fonctionnement de la chaîne latérale repose sur les membres qui gèrent collectivement le réseau. Une entorse au principe de décentralisation et un grief supplémentaire adressé à Blockstream qui se défend en indiquant déléguer de plus en plus une partie de son monopole de gestion aux membres de la fédération.

Quoi qu’il en soit, ce sont les entreprises du secteur qui ont la main mise sur Liquid Bitcoin mais comme ce sont elles aussi les principales utilisatrices, tout semble d’une logique imparable. Et on peut alors imaginer que dans un futur plus ou moins proche, Liquid Bitcoin deviendra l’outil privilégié des professionnels et des institutionnels en recherche constante de fiabilité et de performance. Cet objectif clairement assumé le distingue bien de la solution Lightning Network qui vise plutôt les particuliers en favorisant les micro-paiements. On a bien affaire à deux sidechains qui se complètent et non qui s’opposent, chacune ciblant un public et des besoins spécifiques.

Nathalie E.

Nathalie E.

Littéraire open source. Mon credo : contribuer à populariser le monde des cryptos et à encourager sa mixité.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1,181