Philippines – La Crypto Valley of Asia disposera de son propre aéroport

 Philippines – La Crypto Valley of Asia disposera de son propre aéroport

À environ 400 km au nord-est de Manille, l’enthousiasme est monté d’un cran depuis l’annonce d’un aéroport qui facilitera l’accès à la crypto valley asiatique. Lieu singulier, la Cagayan Economic Zone Authority (CEZA), est tout à la fois une zone économique accueillant nombre d’entreprises crypto et de sociétés de jeux en ligne et un haut lieu de tourisme pour golfeurs patentés ou amateurs de séjours balnéaires balayés par les vents.

Genèse du projet

S’étendant sur 54 119 hectares, la CEZA, propriété du gouvernement philippin, couvre à la fois la municipalité de Santa Ana et les îles de Fuga, Barit et Mabbag. Située sur la pointe nord-est des Philippines, elle est au carrefour des routes maritimes internationales et à une heure de vol de Hong Kong. Cette zone fonctionne comme un territoire douanier distinct et, depuis 2017, elle s’est associée à Northern Star Gaming & Resorts Inc. pour développer sa croissance économique.

Le promoteur immobilier s’est engagé à investir 100 millions de dollars en 10 ans. Il a obtenu des fonds de plusieurs sociétés internationales et locales pour développer un environnement qui favorise l’innovation et l’entreprenariat. Le succès est déjà au rendez-vous si l’on en croit Raoul Lambino, administrateur de la CEZA depuis que le distingué Rodrigo Dutertre a accédé à la présidence du pays.

«Toutes les innovations et réformes que nous avons introduites dans la zone, ainsi que la priorité que nous avons accordée au développement des infrastructures, ont contribué à l’augmentation des revenus. En si peu de temps, nous avons réussi à transformer un organisme public dépendant des subventions gouvernementales en un organisme autosuffisant. Avant ma prise de fonction, CEZA affichait 80 millions de pesos dans le rouge. Maintenant, nous gagnons plus de 800 millions de pesos. »

La crypto vallée asiatique

Cette progression spectaculaire est en grande partie liée au pari fait sur le développement d’un centre de crypto et de Fintech appelé Crypto Valley of Asia (CVA). Sur le modèle de la crypto valley suisse de Zoug – la chaîne de montagnes Sierra Madre en toile de fond pourrait presque faire illusion – le domaine accueille déjà 25 entreprises cryptographiques. Originaires de Hong Kong, de Taïwan, de Malaisie, de Thaïlande, du Japon et de la Slovénie, ces sociétés sont particulièrement bichonnées. Elles bénéficient en effet de nombreux avantages, notamment en matière de réglementation et de fiscalité (5% sur les revenus bruts). Cent autres candidatures en attente d’évaluation lorgnent sur ces bienfaits en échange de frais conséquents.

«Lorsqu’ils font une demande, ils paient des frais de 100 000 $ puis des frais de licence de 100 000 $. Ensuite, vous passez aux vérifications de probité, puis à l’intégration de programmation d’applications (API), qui coûte 100 000 $ supplémentaires. »

On comprend mieux alors la volonté de désenclaver ce bout du monde prometteur. Néanmoins, construire un nouvel aéroport, distant seulement de 80 kms de celui déjà existant semble quelque peu incongru. La construction d’une autoroute,  pour remédier au mauvais état du réseau routier, a été d’ailleurs la première option envisagée. Mais visiblement  un peu trop longue à mettre en oeuvre.

« Si nous ne construisons pas d’autoroute, nous ne serons pas en mesure de répondre aux préoccupations des investisseurs. Ils veulent venir dans l’écozone le plus rapidement possible. Mais il en coûterait au moins 10 à 12 milliards de pesos. Et un délai d’au moins 5 ans. Donc c’est plus pratique et plus rapide de construire un nouvel aéroport. »

Un aéroport dédié

Cagayan a donc confirmé son intention de construire un nouvel aéroport au sein même de sa crypto valley. En pourparlers avec les autorités compétentes, le projet devrait voir le jour d’ici trois ans. Une étude de faisabilité est actuellement en cours en collaboration avec une entreprise américaine. Le coût est estimé entre 60 et 80 millions de dollars US.

« La construction d’un nouvel aéroport est une installation importante. C’est un point fort dans l’établissement et la réalisation du concept de la Crypto Valley of Asia que nous avons lancé.»

Si Manille se montre si empressée, c’est sans doute parce qu’elle craint de se faire doubler. En effet, d’autres prétendants à une Silicon Valley crypto asiatique sont aussi sur les rangs. Le Japon, la Thaïlande et la Corée du Sud restent dans la course malgré les fanfaronnades de Raoul Lambino qui n’hésite pas à vanter l’aura de son jardin technologique.

«Nous sommes devenus la zone économique préférée des investisseurs. Ils viennent de Chine continentale, de Hong Kong, de Taiwan, du Japon et de Corée du Sud.»

Invérifiable certes, même si effectivement la CEZA a réussi à nouer de nombreux partenariats pour faire éclore un centre de données Internet, une infrastructure de production d’énergie autonome et un centre de formation « académie blockchain » en lien avec les meilleures universités asiatiques.

Le tourisme cryptographique

La CEZA  recèle aussi d’autres atouts incomparables dont la beauté naturelle de son site. Terres immaculées appelées à devenir un sanctuaire pour riches touristes en quête de plaisirs tout à la fois populaires (parc à thème inspiré de Disneyland) et plus élitiste (golf 36 trous, club de tir…), avec resort 5 étoiles et la cohorte d’offres et de services qu’on trouve partout dans le monde quand on veut jouer les Robinson de luxe.

Ce projet bien avancé de Caraïbes de l’Est (les îles Fuga, autres pépites étincelantes de la ceinture de feu, vont  y développer un refuge exclusif pour riches et célèbres) participe d’une ambition plus vaste de réaliser une première : le tourisme cryptographique. Sur le modèle très rentable du ciné-tourisme, la CEZA veut devenir un lieu de pèlerinage pour aficionados crypto. Le but est  donc d’user de toutes les ficelles du tourisme thématique pour attirer le monde entier (du moins, les mieux dotés) vers un univers clairement identifié et hors du commun. Univers tout dédié au culte de la crypto avec ATM bitcoin à chaque coin de rue et possibilité de payer partout en cryptomonnaie dans un décor de rêve. Le pari est audacieux quand bien même on ne serait pas  séduit par ce modèle.

Après tout, à chacun sa vision d’un paradis façonné par les cryptomonnaies …

Nathalie E.

Nathalie E.

Littéraire open source. Mon credo : contribuer à populariser le monde des cryptos et à encourager sa mixité.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1,141