Stablecoins et MNBC

L’USDC perd des plumes suite à l’affaire Tornado Cash

17 Août 2022 - 07:28

Alors que certains prédisaient un USDC grimpant au plus haut sommet dès octobre, le stablecoin du consortium Center, regroupant la société de technologie financière Circle et l’exchange Coinbase, connaît un revers de fortune qui a profité à son grand rival l’USDT de Tether. La raison : son initiative très mal perçue de coopérer activement dans les sanctions prises par les autorités US contre le protocole Tornado Cash.

Le sanctionneur sanctionné

Il ne fait pas bon collaborer de trop près avec les autorités quand on évolue dans le monde des cryptomonnaies, attaché aux principes fondamentaux de décentralisation et de confidentialité. Le stablecoin USDC vient de l’apprendre à ses dépens. Depuis que sa société émettrice Circle a gelé 75 000 dollars en USDC appartenant à des utilisateurs du protocole décentralisé Tornado Cash, le mixeur crypto sanctionné par le gouvernement américain pour des soupçons de blanchiment d’argent, sa capitalisation a baissé de près de 2 milliards de dollars.

Dans le même temps, celle de son principal rival, l’USDT de Tether, a repris des couleurs, en augmentant approximativement dans les mêmes proportions, enrayant ainsi une baisse de trois mois consécutifs.

La corrélation n’a pas échappé aux observateurs du marché ni au premier concerné. Paolo Ardoino, directeur technique de Tether en a même plaisanté sur Twitter.

L’USDT en profite en dépit d’une problématique similaire

Sauf que rien ne dit que Tether n’appliquera pas de sanctions similaires. Certes, pour le moment, il s’est montré moins complaisant que son rival avec les autorités américaines. Rappelons que depuis son lancement en 2018, Center a déjà bloqué des adresses de portefeuilles et qu’il a bâti son empire en brandissant notamment un désir de conformité inextinguible. Jeremy Allaire, le PDG de Circle, s’est toujours montré très conciliant avec la puissance publique, allant jusqu’à soutenir la thèse que les émetteurs de stablecoins devraient répondre aux mêmes exigences que les banques traditionnelles et n’hésitant pas à travailler main dans la main avec la banque centrale de certains Etats.

Pour le pionnier Tether, dont la longue histoire est scandée par de nombreuses frictions judiciaires sur le territoire US, les rapports sont plus difficiles mais menacé dans sa suprématie, il est en train de changer son fusil d’épaule. Et, quoi qu’il en soit, en tant qu’entité centralisée, il lui sera difficile d’échapper à l’emprise des régulateurs.

De fait, transférer ses fonds de l’USDC à l’USDT en signe de contestation est symboliquement important, mais la problématique reste la même. Se tourner vers les stablecoins décentralisés ? Plus compliqué qu’il n’y paraît. En effet, il n’en existe que peu qui ne sont pas dépendants d’une manière ou d’une autre de stablecoins centralisés. Le cas de DAI est exemplaire à cet égard, majoritairement « collétarisé » par l’USDC.

Répartition du collatéral utilisé pour générer du DAI sur MakerDAO.
Répartition du collatéral utilisé pour générer du DAI sur MakerDAO reproduit in JournalduCoin

Quant aux stablecoins algorithmiques, ils ne sont plus vraiment en odeur de sainteté depuis l’effondrement de l’UST.

Pas de mea culpa de Circle mais une tentative d’apaisement

De fait, la situation semble de plus en plus inextricable pour les utilisateurs soucieux de préserver les fondamentaux de l’écosystème.

Et, en dépit des déclarations récentes de Allaire qui s’est engagé à répondre aux problèmes de confidentialité, conscient tout d’un coup de l’importance de l’enjeu, l’intrusion régulatrice est plutôt partie pour devenir de plus en plus fréquente. Toutes les réglementations en préparation (MiCA et TFR par exemple du côté de l’Union européenne) empruntant immanquablement cette orientation.

« L’intervention réglementaire dans cette affaire a franchi un seuil majeur dans l’histoire d’Internet et dans l’histoire de la finance blockchain ouverte, avec un gouvernement majeur obligeant les parties à bloquer ou limiter purement et simplement le fonctionnement des logiciels open source sur Internet. Cela soulève des questions extraordinaires sur la confidentialité et la sécurité sur Internet, et sur l’avenir de la monnaie numérique Internet publique. Nous avons noté la tension entre la confidentialité et la sécurité en tant que question politique – hier, cela a cessé d’être une abstraction. »

Jeremy Allaire, PDG de Circle, sur Twitter

Pas sûr que ses propos alambiqués suffisent à réaliser la prévision d’un USDC passant en pôle position au mois d’octobre. Si au 31 juillet, un peu plus de 10 milliards de dollars séparaient la capitalisation boursière des deux stablecoins, aujourd’hui, ce sont plus de 14 milliards de dollars : 67,6 milliards pour l’USDT; 53,4 milliards pour l’USDC.

Condensé de L'actu Crypto

Recevez le top 3 de l'actualité crypto chaque dimanche