Alibaba continue son expansion dans le secteur blockchain (nouveau partenariat)

Les géants chinois Alibaba et Aerospace Information Co. ont signé un accord de coopération stratégique pour le développement de plusieurs services.

Le partenariat a été annoncé par le journal financier chinois, Securities Daily, dans son édition du 21 mars. Le site de vente en ligne Alibaba et la compagnie spécialisée dans le développement et la fourniture de logiciels sont d’accord pour tirer parti de leurs technologies respectives. Les deux entreprises chinoises espèrent intégrer activement leurs ressources pour aboutir à une coopération approfondie dans la finance et la taxation, les affaires gouvernementales, le cloud computing, la technologie de la blockchain et d’autres secteurs.

L'utilisation de la technologie de la blockchain devrait donner à Alibaba un moyen de suivre et de protéger les transactions depuis l'achat jusqu'à la destination finale. Source de l’image : visualhunt

L’utilisation de la technologie de la blockchain devrait donner à Alibaba un moyen de suivre et de protéger les transactions depuis l’achat jusqu’à la destination finale. Source de l’image : visualhunt

En plus d’être la technologie sous-jacente au fonctionnement des cryptomonnaies comme le Bitcoin (BTC) ou l’Ethereum (ETH), la blockchain est aussi une excellente solution pour protéger les chaînes d’approvisionnement. Plus tôt ce mois-ci, le vice-président d’Alibaba Group, Liu Song, avait d’ailleurs révélé que l’entreprise comptait améliorer la traçabilité des produits dans la chaîne d’approvisionnement grâce à la blockchain. Il avait notamment évoqué la possibilité de relier l’écosystème avec les gouvernements locaux.

Alibaba reste très actif dans le secteur de la blockchain

La fraude alimentaire, en particulier pour les aliments qui arrivent en Chine, est devenue une préoccupation majeure. Source de l’image : visualhunt

La fraude alimentaire, en particulier pour les aliments qui arrivent en Chine, est devenue une préoccupation majeure. Source de l’image : visualhunt

En mars 2017, Alibaba s’était associée à PwC pour créer une blockchain permettant aux participants de suivre les aliments au-delà des frontières internationales. La nouvelle plateforme connue sous le nom de « Food Trust Framework » a permis aux utilisateurs d’acheter des aliments en ligne et de s’assurer que les normes étaient respectées à chaque étape du processus. En s’appuyant sur la même problématique que celle rencontrée dans le cas de la fraude alimentaire, l’entreprise est devenue de plus en plus consciente qu’elle devait protéger toute sa chaîne d’approvisionnement.

Le géant du e-commerce s’est rapidement développé en tant que centre commercial en ligne. Alors qu’elle s’adressait autrefois presque exclusivement aux consommateurs chinois, l’entreprise a ensuite étendu ses activités dans toute l’Asie du Sud-Est et même ailleurs à l’international. Non seulement il en résulte une plus grande nécessité d’assurer une sécurité adéquate pour les informations financières des consommateurs, mais aussi un souci plus important de veiller à ce que les transactions ne soient pas corrompues.

La technologie de la blockchain pourrait faire accroître les chiffres d’Alibaba dans les prochaines années

Dans un rapport publié par l’Organisation mondiale du commerce, Alibaba a été félicité pour ses innovations. Le rapport conclut que l’utilisation efficace de la technologie de la blockchain pourrait faire augmenter les ventes en ligne à l’échelle internationale d’au moins 3 trillions de dollars par année. Alibaba cherche à se tailler une part importante de ce gâteau financier. Sa technologie pourrait manifestement constituer un avantage de taille lui permettant de devenir le leader de la vente au détail pendant la prochaine décennie.

Sur le même thème :

Pour le fondateur d’Alibaba, « Bitcoin est une bulle »

Baidu, le géant de l’internet chinois, part à la conquête de la blockchain

 

CryptoActu se veut être un média particulièrement objectif et impartial dans ses propos. Les règles éditoriales que nous avons mises en place interdisent à l’équipe rédactionnelle de conseiller des mouvements et des positions de trading ou d’investissement.

Commentaires

39 Partages
Partagez
Tweetez
Partagez