Cryptomonnaies

Sans devise, la Palestine espère lancer sa crypto-monnaie d’ici 5 ans

06 Oct 2017 - 14:31

L’argent en espèces coûte cher. Et partout dans le monde, les pays sans devise doivent souvent payer des commissions particulièrement importantes pour utiliser l’argent d’un autre pays. Mais une nouvelle tendance se dessine à l’ère numérique; nombre de ces pays, comme la Palestine, semblent se tourner vers les crypto-monnaies pour y trouver une solution.

Dans les années qui ont suivi l’Accord d’Oslo I signé en 1993, le système politique palestinien a été mis en place, l’Autorité monétaire palestinienne (PMA) a été créée, des passeports ont été délivrés aux Palestiniens et, enfin, en 2015, l’ONU a hissé le drapeau palestinien. Mais le pays manque encore de sa propre monnaie.

Sans la capacité d’émettre sa propre monnaie, le pays est forcé à une dépendance vis-à-vis de l’économie israélienne

Depuis la fin de la Palestine sous mandat britannique, le pays a utilisé plusieurs monnaies à des fréquences différentes selon les régions. Trois principales monnaies sont communes dans toute la Palestine; le dollar américain et le dinar jordanien sont les plus courants dans les achats de plus grande valeur tels que les maisons, les terres ou les voitures, tandis que la plupart des transactions quotidiennes impliquent le nouveau shekel israélien (NIS). Cela est dû au protocole de Paris de 1994 qui a donné à la Palestine une banque centrale. Mais sans la capacité d’émettre sa propre monnaie, le pays est forcé à une dépendance vis-à-vis de l’économie israélienne.

Le Protocole sur les relations économiques, qui devait initialement durer cinq ans – mais qui est toujours en vigueur aujourd’hui – est un accord entre l’Organisation de libération de la Palestine et Israël. Le protocole a essentiellement fusionné les économies d’Israël et de la Palestine, Israël restant maître d’œuvre. Une des principales négociations a été une mesure permettant aux Palestiniens de continuer à travailler en Israël.

Ce protocole réglemente les impôts, le travail, l’agriculture et l’industrie. Israël agit en tant que canal commercial de la Palestine et dicte toutes les taxes et la TVA sur les biens importés par Israël. Ce système a créé un avantage pour Israël, le pays étant accusé d’abuser du système de dédouanement pour des raisons politiques, en retenant les paiements de revenus, ce qui a eu un impact sévère sur l’économie palestinienne. En représailles de l’admission de la Palestine à l’ONU, Israël avait bloqué l’argent dû à cette première. 

Une initiative visant à créer une monnaie inspirée de la technologie Bitcoin.

Sans monnaie propre, la circulation et la dépense de fonds en Palestine ne sont pas aussi faciles qu’il n’ y paraît. La plupart des magasins n’acceptent pas les cartes de crédit et le fait de retirer de l’argent dans 3 des 4 grandes banques du pays va laisser le destinataire avec du dinar jordanien qui devra ensuite être converti en NIS.

Non seulement le processus est compliqué, mais il coûte cher. Le journal officiel de l’Autorité nationale palestinienne, Al-Hayat al-Jadida, a expliqué que le pays perd 1,6 milliard de dollars chaque année en raison de l’absence de sa propre monnaie nationale.

En raison des défis énormes que pose le fait de ne pas avoir sa propre monnaie, la Palestine a annoncé lors d’une interview à Reuters une initiative visant à créer une monnaie inspirée de la technologie Bitcoin.

Début 2017, Azzam Shawwa, gouverneur de l’Autorité monétaire palestinienne, a annoncé son intention de mettre au point une monnaie numérique dans les cinq prochaines années.

Shawwa a déclaré: « C’est quelque chose que nous aimerions voir; on l’appellera la livre palestinienne. »

La PMA évalue encore ses options. Si la création de sa propre monnaie cryptographique pourrait être une solution prometteuse, l’autorité cherche également à accepter jusqu’ à 4 devises, ou l’adoption d’une seule comme sa principale. Les complications avec Israël et l’impossibilité d’imprimer son propre argent rendent la solution d’une monnaie numérique très attrayante pour la PMA.

« Si nous imprimons de la monnaie, pour l’amener dans le pays, il faudrait toujours obtenir l’autorisation des Israéliens, ce qui pourrait constituer un obstacle. »

Bien que l’utilisation de la monnaie Bitcoin présente plusieurs défis en raison de ses frais et du temps nécessaire au traitement des transactions, les crypto-monnaies deviennent rapidement une solution raisonnable aux problèmes économiques difficiles que connaissent les pays sans monnaie.

Cette annonce intervient quelques jours après que la chef du FMI ait déclaré que les monnaies virtuelles, qui sont créées et échangées sans l’intervention des banques ou du gouvernement, pourrait à terme être adopté par les pays avec des monnaies instables ou des institutions nationales faibles.

D’après cryptoinsider

Condensé de L'actu Crypto

Recevez le top 3 de l'actualité crypto chaque dimanche