Plateformes d'échanges

Kraken invite ses utilisateurs à vérifier que leurs fonds sont bien soutenus par des actifs réels

04 Fév 2022 - 10:58

Dans un contexte réglementaire qui se resserre, les plateformes d’échange crypto centralisées jouent de plus en plus la carte de la transparence. Dernière en date à s’y conformer, Kraken. Elle a récemment passé avec succès un audit indépendant sur ses avoirs réels en bitcoins et ethers. Et, dans la foulée, elle a activé une fonction de « preuve de réserves » permettant à ses utilisateurs de vérifier que leurs fonds sont bien soutenus.

Kraken mise sur la transparence

La plateforme Kraken, l’un des acteurs historiques de l’industrie crypto, avance ses pions plus discrètement que d’autres de ses concurrents, mais elle ne reste pas pour autant les deux pieds dans le même sabot. Sa dernière initiative en date est susceptible de lui faire gagner des points aux yeux des régulateurs souvent chiffonnés par le fonctionnement opaque des plateformes crypto qui jusqu’à très récemment s’accommodaient fort bien du flou réglementaire qui nimbait leurs activités.

Mais les temps changent et la désinvolture n’est plus à l’ordre du jour. Aussi, soucieux de se conformer à des règles qui s’annoncent drastiques et avant que le couperet ne tombe, Kraken a pris les devants en se soumettant à un audit nouvelle génération.

Mené par le cabinet comptable d’envergure mondiale Armanino, il a permis de révéler que l’échange détenait 19 milliards de dollars en bitcoins et en ethers, les altcoins, partie négligeable des avoirs de ses clients, n’étant pas considérés.

En d’autres termes et selon les chiffres communiqués, les BTC des utilisateurs sont couverts à 108%, les ETH à 105% et le staking d’ETH 2.0 à 100%.

« Lors de cet audit, achevé le 31 décembre, notre auditeur a déterminé que Kraken contrôlait tous les bitcoins et éthers appartenant aux clients sur notre bourse, ainsi que tous les bitcoins et éthers détenus dans notre système de jalonnement sur et hors chaîne. » 

Blog de Kraken

Vérifier par vous-même que Kraken détient bien l’équivalent de vos avoirs

De quoi rassurer le plus méfiant d’entre eux d’autant que la plateforme pousse encore plus loin son souci de transparence en permettant à tout un chacun de vérifier que ce qu’il détient est bien backé par des BTC ou ETH détenus en son nom par Kraken. Pour cela, et après avoir recueilli un numéro d’identification unique de son compte sur le site de l’échange, il suffira de se rendre sur le site Web indépendant de preuve de réserves d’Armanino pour réaliser la vérification, la confidentialité des données étant censées être préservée.

Kraken compte se soumettre régulièrement à ce type d’audit, envisageant que d’autres cryptomonnaies puissent à l’avenir être incluses dans cet exercice de transparence.

« Nous espérons que toutes les entreprises de cet espace continueront d’adopter le type d’approche transparente et sécurisée que nous savons possible. C’est ce qui est unique dans cette industrie, n’est-ce pas ? Ce n’est même pas possible dans l’ancien système financier de faire quelque chose comme ça. »

Jeremy Welch, directeur des produits, à Coindesk

La pression réglementaire

La plateforme qui reste l’un des leaders du marché mais qui est largement distancée par des mastodontes comme Binance et Coinbase mais également par la toute jeune et fougueuse FTX, envisagerait une introduction en bourse.

A cet égard, elle a tout intérêt à montrer patte blanche à des régulateurs qui ne lui mènent pas la vie facile. Crypto-banque dans le Wyoming, elle n’a pas pu bénéficier d’une charte fédérale à l’échelle des Etats-Unis mais à l’image de ses rivales, elle compte bien ne pas se contenter d’un rôle de figurante dans le paysage réglementaire qui se profile. Mais à sa façon, prudente et sans esbroufe. Disons, plutôt à l’opposé des annonces émises au son du clairon d’un Binance devenu aussi soudainement le chantre de la transparence.

Condensé de L'actu Crypto

Recevez le top 3 de l'actualité crypto chaque dimanche