Cryptomonnaies

La Bourse de Londres avance ses pions dans le trading crypto

23 Fév 2022 - 16:58

Le London Stock Exchange Group intègre dans son giron le fournisseur de solutions de trading multi-classes d’actifs TORA. La société mère de la Bourse de Londres a déboursé 325 millions de dollars pour ajouter à ses capacités de négociation la catégorie des cryptomonnaies.

La Bourse de Londres acquiert TORA

Dans un communiqué récent, le London Stock Exchange Group (LSEG) a annoncé avoir conclu un accord pour acquérir TORA, un fournisseur de solutions logicielles dédiées au trading. La vente d’un montant de 325 millions de dollars devrait être finalisée au second semestre, sous réserve de l’approbation réglementaire.

Cette acquisition devrait permettre à la Bourse de Londres de renforcer sa présence sur le secteur des actifs numériques en permettant à ses clients de s’y exposer directement. Jusque-là, LSEG s’était contenté de participation dans des sociétés crypto (Kenetic en 2018 et Nivaura en 2019). Avec Tora, l’opérateur boursier hisse son implication.

L’ajout des actifs numériques aux capacités de négociation de LSEG renforce sa présence dans cette classe d’actifs en pleine expansion. C’est important, à un moment où les acteurs du marché institutionnel augmentent leur exposition à la cryptomonnaie et à d’autres actifs numériques.

Communiqué de LSEG

Les places boursières enclines à négocier les cryptomonnaies

Cette initiative de LSEG s’inscrit dans une tendance plus générale. En effet, les grandes places boursières, cherchant à se ménager un avenir dans cette nouvelle classe d’actifs, multiplient les tentatives de rapprochement.

Certaines ont été plus précoces que d’autres. Ainsi, l’opérateur suisse SIX qui a lancé le SIX Digital Exchange (SDX) spécialement dédié. Mais également, la maison mère du New York Stock Exchangel’Intercontinental Exchange,  qui a créé, avec plus ou moins de bonheur, la plateforme Bakkt en 2018 et qui a toujours la volonté de devancer ses pairs. De fait, dernièrement, la place de marché new yorkaise a déposé une demande de marque auprès de l’Office américain des brevets (USPTO) pour développer une plateforme en ligne offrant notamment la possibilité de négocier des NFT.

Quoi qu’il en soit, il semblerait qu’elles soient toutes à l’oeuvre pour élaborer des produits financiers en lien avec des actifs qui attirent la convoitise d’un nombre toujours plus croissant d’investisseurs.

Condensé de L'actu Crypto

Recevez le top 3 de l'actualité crypto chaque dimanche