Le président de la SEC réclame plus d’autorité pour réglementer l’industrie crypto

 Le président de la SEC réclame plus d’autorité pour réglementer l’industrie crypto

Un vent mauvais souffle sur la cryptosphère américaine. Après un amendement fiscal controversé tout juste adopté par le Sénat – mais qui sera discuté à l’automne à la Chambre des représentants – c’est au tour du président de la redoutée Securities and Exchange Commission (SEC) d’enfoncer le clou. Gary Gensler, dans une réponse écrite à la sénatrice Elizabeth Warren, réclame plus d’autorité et de ressources pour la SEC afin qu’elle puisse agir efficacement dans sa volonté de réglementer l’industrie. L’objectif déclaré et répété : garantir la protection des investisseurs en cryptomonnaies.

Un mois d’août « sympathique » pour les cryptomonnaies outre-atlantique

Les politiques affectionnent particulièrement le coeur de l’été pour faire passer en catimini des réformes litigieuses ou s’adonner à des sursauts d’autoritarisme. A peine adopté l’amendement qui risque de soumettre les acteurs de la finance décentralisée à des obligations déclaratives assassines – il faudra attendre l’automne pour savoir s’il sera définitivement voté – c’est Gary Gensler, le patron de la SEC, qui se montre particulièrement offensif à l’égard de l’industrie crypto.

Si depuis le début de son mandat, il s’était montré plutôt discret sur le sujet, les chaleurs estivales l’ont rendu bavard. En effet, ses dernières interventions n’ont pas laissé beaucoup de doute quant à l’orientation qu’il souhaite imprimer à la réglementation du secteur. Et sa réponse à la lettre ouverte de la sénatrice démocrate Elizabeth Warren vient confirmer un biais plutôt répressif.

Blanc bonnet et bonnet blanc

En fait, les deux personnalités s’accordent plutôt bien. Leur registre sémantique commun en témoigne. Ainsi, l’un, bien que connaisseur des cryptos et de la blockchain avec un penchant avoué pour le Bitcoin, n’hésite pas à qualifier l’écosystème de « Far West » tandis que l’autre, visiblement moins éduquée sur le sujet, évoque un « ouest sauvage de notre système financier ».

La sénatrice, qui préside le sous-comité de politique économique du Comité sénatorial des banques, regrette « un manque de réglementations de bon sens (qui laisse) les investisseurs ordinaires à la merci des manipulateurs et des fraudeurs« . Elle exhorte, dans sa lettre, la SEC à user « de toute son autorité pour faire face à ces risques », s’interrogeant sur son réel pouvoir en la matière.

C’est donc en réponse à son inquiétude que Gary Gensler a écrit une lettre où il affirme partager ses préoccupations. Il considère effectivement que « les investisseurs en crypto ne sont pas suffisamment protégés ». Et partant, il affirme que, de son point de vue, le gendarme boursier américain devrait bénéficier de plus d’autorité pour pouvoir sévir plus efficacement.

Je pense que nous avons besoin d’autorités supplémentaires pour empêcher les transactions, les produits et les plateformes
de passer entre les mailles du filet réglementaire. Nous avons également besoin de plus de ressources pour protéger les investisseurs dans ce secteur en pleine croissance et volatil. »

L’automne, outre-atlantique, risque d’être batailleur entre régulateurs et acteurs de l’industrie crypto bien décidés à lutter pied à pied contre des réglementations aux allures punitives.

Nathalie E.

Littéraire open source. Mon credo : contribuer à populariser le monde des cryptos et à encourager sa mixité.

1,727