MàJ: Le site BTC-e.com saisi par la justice américaine

Mise à jour 31/07: voir en bas de l’article

Pour la plateforme d’échange russe btc-e.com, les choses s’annoncent de plus en plus mal.

Nous vous en parlions il y a quelques jours, un administrateur du site btc-e.com a été arrêté, accusé des faits d’exploitation d’une entreprise de services monétaires sans licence, d’association de malfaiteurs en vue de blanchir de l’argent, de blanchiment d’argent et de participation à des transactions monétaires frauduleuses.

Le site BTC-e.com était depuis lors injoignable, et sur twitter l’entreprise après avoir annoncé un “problème de serveur imprévu”, déclarait espérer une reprise sous 5 à 10 jours.

Mais l’espoir d’une réouverture a commencé à s’assombrir avec la publication du mandat d’arrêt qui en plus de viser Vinnik SUPERSEDING (l’administrateur), met en cause directement la plateforme BTC-e.com.

Le nom de domaine saisi

Depuis aujourd’hui, l’accès à btc-e.com redirige directement vers un message du FBI annonçant la saisie du domaine. En France, le message peut cependant ne pas s’afficher si vous utilisez les DNS par défauts. Vous aurez donc si c’est le cas, qu’un message signalant un problème de certificat SSL car celui-ci a été révoqué par GoDaddy pour “Suspension d’activité”.

Le nom de domaine pointe désormais vers les DNS de SHADOWSERVER.ORG, utilisés déjà auparavant lors de la saisie de Liberty Reserve par le gouvernement américain en 2013.

Whois du site btc-e.com

Le porte-feuille Ethereum du site siphonné

Pour ne rien arranger, le hot wallet (portefeuille mère du site) Ethereum qui contenait l’équivalent de 96,2 millions de dollars a été complètement vidé comme l‘atteste cette transaction.

Le mode d’opération utilisé, à savoir une transaction de 0.0001 eth puis une autre avec le reste des fonds, fait penser à celui d’un agent qui aurait préalablement voulu faire une transaction de test avant de transvaser le reste. Par conséquent, la théorie d’un exit scam par le reste de l’équipe derrière BTC-e.com est peu probable et réaffirme l’idée que c’est bien une entité comme le gouvernement américain qui possède les fonds. Aucune déclaration officielle du département américain n’a cependant été faite et les portefeuilles BTC et LTC du site restent eux pour l’instant intact.

Une question reste encore entière, comment les personnes à qui appartiennent ces fonds pourront récupérer leur argent?

Mise à jour 31/07:

La firme a confirmé dans une publication en russe sur le forum bitcointalk.org la saisie de ses serveurs, noms de domaines et portefeuilles par le FBI ainsi que l’arrestation de plusieurs agents travaillant pour elle.

Si au premier septembre le retour du site n’est pas possible, cette dernière a annoncé qu’elle initiera des remboursements. Rappelons quand même que le FBI possède au moins une grande partie des fonds de l’entreprise. Le chiffre exact n’est pas non plus connu de l’entreprise qui tentera d’évaluer la somme dans les prochaines semaines.

De plus, cette dernière réfute l’accusation selon laquelle Vinnik SUPERSEDING a déjà travaillé pour la firme. Elle indique en outre que si elle n’a pas pu donner d’indications précises sur les évènements en cours, c’est car son hébergneur ne lui a pas communiqué les interventions.

Le topic est consultable dans son intégralité ici.

CryptoActu se veut être un média particulièrement objectif et impartial dans ses propos. Les règles éditoriales que nous avons mises en place interdisent à l’équipe rédactionnelle de conseiller des mouvements et des positions de trading ou d’investissement.

Commentaires

Partagez
Tweetez
Partagez