Blockchain

Sony dépose un brevet d’authentification via des blockchains

30 Oct 2017 - 13:05

Plus tôt cette année, Sony a annoncé la création d’une plateforme éducative utilisant une blockchain qu’elle développera en collaboration avec IBM.

Le conglomérat technologique japonais Sony pourrait envisager de lier la technologie blockchain à un système de connexion utilisateur, selon une nouvelle demande de brevet.

Publié le 26 octobre par l’Office américain des brevets et des marques de commerce, ce document explique comment le fabricant d’appareils électroniques pourrait utiliser deux blockchains différentes en conjonction dans le cadre d’un système d’authentification multifactorielle (AMF).

Les dispositifs AMF fonctionnent en donnant aux utilisateurs deux informations d’identification différentes pour se connecter à un site Web ou un programme. Après qu’un utilisateur ait saisi un nom d’utilisateur et un mot de passe standard, un jeton d’authentification génère un code qu’il doit également saisir pour y accéder. L’idée est que si un attaquant peut obtenir le mot de passe d’un utilisateur, il ne peut généralement pas accéder au jeton qui génère un code différent pour chaque login. C’est cette technologie qui est utilisée par Google Auth et Authy.

Selon l’application de Sony, l’une des chaînes de blocs proposées créerait ces codes d’authentification, tandis que l’autre les recevrait pour confirmer l’identité d’un utilisateur lorsqu’il tente de commettre une transaction via la plate-forme. Les transactions possibles incluent « transfert, génération de contrat et transfert d’immobilisation  » d’après le document.

Reste à voir si le travail décrit dans la demande de brevet s’harmonise avec le travail précédemment divulgué par Sony sur la technologie blockchain.

Plus tôt cette année, Sony a annoncé la création d’une plateforme éducative qu’elle développera en collaboration avec IBM, et dont le lancement est prévu pour l’an prochain. La plateforme utilisera une blockchain pour stocker les dossiers des étudiants en toute sécurité, l’idée étant que la technologie peut apporter une transparence supplémentaire aux parties prenantes.

La société a déclaré dans une déclaration qu’elle avait l’intention de continuer à étudier la technologie pour différents domaines, y compris la logistique et la chaîne d’approvisionnement, en indiquant d’autres domaines dans lesquels la propriété intellectuelle proposée pourrait être appliquée.

D’après Coindesk

Condensé de L'actu Crypto

Recevez le top 3 de l'actualité crypto chaque dimanche