Venezuela : Le volume d’échange de Bitcoins bat des records (du jamais vu)

Alors que le pays d’Amérique latine subit les secousses d’une crise politique, la population vénézuélienne démontre un intérêt envers les cryptomonnaies

Le Venezuela connaît aussi bien une crise politique que financière. Le pays sud-américain a pourtant vu son volume de transaction de Bitcoin (BTC) cumuler à des sommets jamais encore atteints. Il y a plusieurs mois, on considérait pourtant déjà avoir atteint des sommets records.

Les volumes d'échanges de Bitcoins sur LocalBitcoins au Venezuela

Les volumes d'échanges de Bitcoins sur LocalBitcoins au Venezuela

En Amérique latine, le Venezuela défraie la chronique pour sa crise politique, laquelle a une conséquence inattendue sur le Bitcoin.  En effet, lors de la première semaine de février, LocalBitcoins a vu 2 000 BTC échangés sur son interface, ce qui équivaut à environ 7 millions de dollars.

Ces données ne seraient que la pointe de l’iceberg, car la plupart des transactions ont été faites sur des bourses centralisées et localisées dans les pays frontaliers, notamment le Brésil et la Colombie. Ces échanges se font, pour la plupart, en monnaie locale dans ces pays.

Il s’avère donc très difficile d’évaluer de manière précise le volume échangé de la devise virtuel. Selon TrustNodes, les transactions effectuées via LocalBitcoins ont plus que quadruplé depuis l’été 2018.

Au Venezuela, les crises politiques et financières favorisent l’engouement envers le BTC. Source de l’image : pixabay

Au Venezuela, les crises politiques et financières favorisent l’engouement envers le BTC. Source de l’image : pixabay

 

Venezuela, entre crise économique et géopolitique

Le Venezuela connaît des tensions politiques depuis plusieurs mois. En mai dernier, l’Assemblée nationale a invalidé la réélection de Nicolás Maduro. Cela dit, le président a tout de même prêté serment le 10 janvier 2019. Juan Guaidó, nouveau président du Parlement, s’est quant à lui autoproclamé président par intérim du pays en difficulté économique et isolé diplomatiquement. Il a reçu l’assentiment du président américain Donald Trump. Le 26 janvier, plusieurs pays européens comme l’Allemagne, la France et l’Espagne ont donné 8 jours à Nicolas Maduro pour annoncer de nouvelles élections au risque de considérer Guaidó comme chef d’État par intérim. Le président a rejeté cet ultimatum. Enfin, les États-Unis ont imposé de lourdes sanctions à la compagnie pétrolière vénézuélienne PDVSA pour forcer la main à Nicolas Maduro.

La crise est d’une telle ampleur que les autorités publiques saisissent les actifs comme l’or et l’argent. Or, comme le BTC ne peut pas être confisqué, celui-ci voit sa cote monter auprès de la population locale.

Venezuela : un appétit vorace pour le Bitcoin en réponse à une inflation galopante

L’hyperinflation du Venezuela met en vedette le BTC. Source de l’image : pixabay

L’hyperinflation du Venezuela met en vedette le BTC. Source de l’image : pixabay

Le BTC pourrait continuer de voir sa popularité grandir dans le pays d’Amérique du Sud si l’hyperinflation continue de s’amplifier. Hormis cette situation malencontreuse, le président vénézuélien a affirmé lors d’un entretien télévisé que tout possesseur de Bitcoin ou d’Ethereum (ETH) pourra acheter la cryptomonnaie controversée « Petro».

Cette annonce augmente l’engouement, déjà présent, des Vénézuéliens pour les cryptodevises. Par ailleurs, le gouvernement vénézuélien a récemment introduit un décret de 63 articles portant sur les cryptoactifs. À son article 11, ce document énonce que l’autorité financière Sunacrip aura le pouvoir de coordonner et de surveiller les mineurs, les services financiers traitant des actifs cryptographiques ou encore les plateformes d'échange.

Nous avons déjà écrit de nombreux articles à propos du Petro en 2018 : La création du PetroLe Petro n'aurait pas d'investisseurs

Suivez-nous sur les réseaux !

Commentaires

ut dictum sit id, Aliquam felis non mattis consectetur
27 Partages
Partagez
Tweetez
Partagez