La blockchain utilisée dans le secteur de l’agriculture au Mexique (avec GrainChain)

Le projet GrainChain (fondé en 2012) s'est associé au gouvernement du Tamaulipas (État situé au nord du Mexique) pour étendre son service de suivi de culture de céréales.

Le système de transactions financières de GrainChain permet aux producteurs, acheteurs et vendeurs d'utiliser des contrats intelligents pour faciliter la vente et l’achat de céréales. Le logiciel de GrainChain est apparemment capable de vérifier l'authenticité d’une culture puis d’identifier sa source. Combiné avec la technologie Internet of Things (IoT), GrainChain permet de suivre plus rigoureusement les données portant sur le produit tout en accélérant l’aspect procédural de la chaîne d’approvisionnement. Le 2 mai dernier, le quotidien américain Forbes a annoncé que l’État de Tamaulipas au Mexique utilisera cette plateforme pour tracer le parcours de céréales de sorgho, de maïs et de soja.

Le gouvernement Tamaulipas utilisera bientôt le logiciel GrainChain pour suivre les principales céréales telles que le sorgho, le soja et le maïs. Source de l’image : Visual Hunt

Le gouvernement Tamaulipas utilisera bientôt le logiciel GrainChain pour suivre les principales céréales telles que le sorgho, le soja et le maïs. Source de l’image : Visual Hunt

La mise en œuvre d’outils de suivi basés sur la blockchain devrait apporter plus de transparence dans la chaîne d'approvisionnement des céréales. Les enregistrements de données pourront ainsi être automatisés, et ce, en compilant les données à partir du champ dans lequel les céréales sont récoltées jusqu’au marché où elles sont vendues.

Medici Ventures nomme un nouveau CTO

Créée en 2014, Medici Ventures est une filiale d’Overstock. Source de l’image : Visual Hunt

Créée en 2014, Medici Ventures est une filiale d’Overstock. Source de l’image : Visual Hunt

La société Medici Ventures, soit la « filiale d’investissement blockchain » du géant de la distribution Overstock, détient 10 % de GrainChain, obtenu pour 2,2 millions d'euros. Jeremy Smith, qui était auparavant le Development Manager de Medici Ventures, vient d’être nommé au poste de Chief Technology Officer (CTO). Avec plus de deux décennies d’expérience dans la création de logiciels d'entreprise et dans la gestion d'équipes de développement, il s’agit incontestablement d’un expert dans son domaine.

Jeremy Smith a cofondé une société spécialisée dans le secteur des assurances : Castle Inspection Service (CIS). L’entreprise met l'accent sur les technologies qui aident les assureurs à minimiser les pertes en améliorant leur capacité à évaluer les risques. En tant que vice-président responsable des systèmes d’information, Jeremy Smith avait dirigé les efforts technologiques et permis à l'entreprise d’évoluer. Elle était passée du stade de start-up à celui d’entité à envergure nationale. Après avoir été vendue à une entreprise de capital-investissement, CIS a ensuite été acquise par une société cotée en bourse, EXL Services.

Selon Jonathan Johnson, le président de l’organisation, « Medici Ventures et ses sociétés bénéficieront grandement de l'expérience que Jeremy apportera à son nouveau poste ». Le dirigeant pense d’ailleurs que l’expérience et le leadership de M. Smith pourront permettre à la société de continuer à développer des solutions basées sur la blockchain.

Le Chief Operating Officer, Joel Weight, s’est quant à lui réjoui du fait que le meilleur candidat pour le poste ait été sous leur nez. Il réitère ensuite sa confiance au nouveau dirigeant, tout en saluant son « excellent leadership » dont il a fait preuve dans la dernière année.

Jeremy Smith avait déjà permis la création d’un fonds universitaire

Le nouveau CTO de Medici Ventures a participé, plus tôt dans sa carrière, à la création de l’University Venture Fund (UVF). Il s’agit du plus grand fonds de capital-risque géré par des étudiants universitaires des États-Unis.

CryptoActu se veut être un média particulièrement objectif et impartial dans ses propos. Les règles éditoriales que nous avons mises en place interdisent à l’équipe rédactionnelle de conseiller des mouvements et des positions de trading ou d’investissement.

Commentaires

libero sit ante. velit, Curabitur luctus leo libero. et,
119 Partages
Partagez
Tweetez
Partagez