Dans la course des Etats, l’esquisse d’une idée de crypto-dollar entre en jeu

Dans l’actualité foisonnante liée aux cryptomonnaies, les Etats du monde entier sont entrés en compétition pour créer leurs propres devises numériques. Les Etats-Unis étaient jusque là restés discrets sur leur intention.

Le Congrès américain interpelle la FED au sujet d’un crypto-dollar

Le 30 septembre, deux membres du Congrès, Bill Forster et French Hill, ont adressé une lettre ouverte à la FED. L’objectif : savoir si l’idée d’un crypto-dollar était à l’étude. Partageant l’inquiétude généralisée quant à l’émission d’un Libra ou d’un crypto-yuan, les deux élus évoquent ces initiatives comme une déclaration, à peine voilée, de guerre économique contre le dollar américain. Affirmant craindre pour sa suprématie, ils parlent d’une situation d’urgence.

«  Il pourrait devenir de plus en plus impératif que la Réserve fédérale se lance dans le projet de développer une monnaie numérique liée au dollar américain ».

Pour eux, l’alerte est d’autant plus sérieuse qu’ils joignent à leur appel une enquête menée par la BRI. La Banque des Règlements Internationaux y indique que 40 Etats prévoient de lancer leurs propres cryptomonnaies. Projets de stablecoin ou de Central Bank Digital Currency à la chinoise censés pour la plupart réduire leur dépendance à la devise américaine.

La Réserve Fédérale américaine (FED) sort de sa réserve

Jérôme Powell dubitatif quant à la création d’un dollar numérique

La Fed a pris son temps et par l’entremise de son président, Jérôme Powell, leur a fait une réponse très prudente. En effet, dans une lettre datée du 19 novembre, il a déclaré que la banque centrale américaine était attentive aux différentes initiatives lancées dans le monde et qu’un e-dollar était effectivement en phase d’évaluation. Mais Powell s’attarde surtout sur les spécificités américaines qui freineraient l’adoption d’un dollar numérique. Il avance notamment le fait que la demande d’argent liquide reste forte aux Etats-Unis. Et, réduisant l’enjeu à des limites nationales, il affirme aussi que les paiements aux Etats-Unis sont déjà « innovants et compétitifs » et que les usagers ne manquent pas d’option.

Un dollar pas pressé de se numériser

Enfin, au diapason d’autres paroles officielles tout aussi précautionneuses, il avance des arguments d’ordre juridique et technologique pour justifier d’une mise en œuvre difficile.

« Si elle est conçue pour être financièrement transparente et offrir des mesures de protection contre les activités illicites, une CBDC à vocation générale pourrait éventuellement exiger de la Réserve fédérale qu’elle tienne un registre de toutes les données de paiement utilisant la monnaie numérique (…), ce qui soulève parfois des questions liées à la protection des données et à la sécurité des renseignements personnels ».

A l’image d’un crypto-euro dont l’idée est plus avancée mais dont la réalisation est annoncée comme trop complexe pour être d’actualité, Powell projette l’affaire d’un crypto-dollar dans un futur flou.

Sa conclusion mi-figue, mi-raisin n’est pas très encourageante.

« La Fed n’a pas identifié d’avantages matériels potentiels importants d’une crypto-monnaie à vocation générale pour la mise en œuvre de la politique monétaire par rapport à nos outils existants”.

Dans un contexte international aussi favorable aux monnaies numériques d’Etat, on imagine mal une Amérique ne pas être emportée par ce grand mouvement. L’élan inexorable initié par le Bitcoin la gagnera aussi mais, visiblement, en différé. Le déni, on le sait, est l’arme des puissants, d’autant plus quand leur hégémonie est menacée.

➡️Suivre CryptoActu sur Telegram et sur Youtube

Commentaires

libero. dictum Nullam risus ultricies id neque. leo
30 Partages
Partagez
Tweetez
Partagez