Plateformes d'échanges

Huobi suspend ses services de produits dérivés en Nouvelle-Zélande

16 Août 2022 - 16:30

Huobi Global serait-il encore plus mal qu’il n’y paraît ? Si la société ne l’assume pas publiquement, c’est en tout cas ce qui peut être déduit de ses actions récentes. En effet, bien qu’elle connaisse, comme beaucoup, des difficultés financières depuis plusieurs mois, la pente semble encore s’aggraver pour elle. En témoigne sa décision récente. Pendant ce temps, ses concurrents se livrent à une véritable « course à la licence ». Cela dans le but de se conformer à la réglementation locale de chaque juridiction. Corrélativement, ces derniers étendent drastiquement leurs parts de marché, ce qui n’est a priori pas le cas de Huobi.

Rappelons qu’elle traverse aussi une période de turbulences au niveau de son actionnariat. Ces derniers cherchent en effet à vendre leur participation majoritaire dans le capital de la société. Des pourparlers sont entamés avec plusieurs candidats.

Plateformes d'échanges

Bankman-Fried (FTX) et Sun (Tron) sur les rangs pour racheter les parts du fondateur de Huobi

Nathalie E. - 13 Aug 2022 - 11:58

Les entrepreneurs crypto Sam Bankman-Fried de la plateforme FTX et Justin Sun [...]

Lire la suite >>

Il faut bien comprendre que son annonce est une décision qui s’ajoute à toutes celles que la plateforme a prise dernièrement : elle suspend son offre de produits dérivés en Nouvelle-Zélande. Pourtant, elle essayait de s’introduire sur ce marché en juin 2022. Pour les concernés, la mesure prendra effet la semaine prochaine, 23 août.

Huobi place la Nouvelle-Zélande sur sa liste « juridictions restreintes »

Selon le communiqué, les « services de contrats à terme, de swaps, de contrats sur Tether [USDT], d’options ainsi que de tout produit négocié en bourse [ETP] » ne seront plus disponibles pour les individus résidents sur le territoire de la Nouvelle-Zélande. Autrement dit, la suspension concerne l’ensemble des offres de produits dérivés – liées aux cryptomonnaies.

Dans la mesure où Huobi tentait de s’installer en Nouvelle-Zélande en juin dernier, l’on se demande ce qui justifie un tel changement de cap. En réalité, la suspension est la conséquence du placement du pays sur la liste de « juridictions restreintes » que publie Huobi Global.

Huobi Nouvelle Zelande produits derives

Cette dernière, régulièrement mise à jour, montre dans quels États il est interdit de fournir certains services liées aux cryptomonnaies. Cependant, aucun motif n’a été réellement avancé. Si ce n’est que la société souhaite se mettre en conformité avec les politiques locales.

« Soutenant l’engagement de Huobi Global envers les politiques de conformité locales, nous inclurons la Nouvelle-Zélande en tant que juridiction restreinte en ce qui concerne le commerce des produits dérivés, et nous restreindrons les comptes d’utilisateurs néo-zélandais pour le commerce des produits dérivés de manière ordonnée tout en assurant la sécurité des actifs des utilisateurs. »

Communiqué de Huobi Global.

Ce n’est pas la première fois que la plateforme décide de placer un État sur sa liste, contraignant ainsi les citoyens. En effet, des territoires comme le Canada, le Japon, Singapour, l’Iran et bien d’autres en font aussi les frais.

Condensé de L'actu Crypto

Recevez le top 3 de l'actualité crypto chaque dimanche