Le fondateur de Cardano croit que l’avenir de la blockchain réside dans l’interopérabilité

Selon Charles Hoskinson, les cryptomonnaies ont besoin de convergence ainsi que d’améliorer leur interopérabilité pour favoriser leur adoption. Il annonce que l’industrie a besoin de son moment “bluetooth ou wifi”.

Lors d’une interview accordée au journal financier Cheddar, le cofondateur du Cardano et actuel PDG d’Inside Outside Hong Kong (IOHK), a déclaré que l‘interopérabilité pourrait fournir à la blockchain ce qui lui manque pour communiquer avec d’autres technologies. Il a ajouté que grâce à elle, les cryptos pourraient s’intégrer à d’autres plateformes et projets. Le potentiel d’adoption pourrait ainsi, selon lui, augmenter de façon exponentielle.

Pour rappel, linteropérabilité est la capacité que possède un produit ou un système, dont les interfaces sont intégralement connues, à fonctionner avec d’autres produits ou systèmes existants ou futurs et ce sans restriction d’accès ou de mise en œuvre.

Bien que le lancement de nouveaux coins virtuels soit une bonne chose pour l'industrie, il représente également une énigme sur le plan de l'exploitabilité. Source de l’image : pixabay

Bien que le lancement de nouveaux coins virtuels soit une bonne chose pour l’industrie, il représente également une énigme sur le plan de l’exploitabilité. Source de l’image : pixabay

Hoskinson s’est insurgé contre le paysage toujours plus vaste des devises cryptographiques. En effet, des milliers de projets de monnaies virtuelles ont vu le jour dans les dernières années et cette tendance ne semble pas décélérer. Cet état des choses incite les utilisateurs à participer à des ICO pour obtenir de nouvelles cryptodevises ou à développer des camps tribaux qui défendent certains cryptoactifs à tout prix. Selon le dirigeant de IOHK, il arrivera un moment décisif où les cryptomonnaies devront converger. Cet instant sera comparable, selon lui, à l’arrivée du Wi-Fi ou du Bluetooth en matière de communication. On peut en effet considérer que l’on s’y perd dans cette multitude de projets. Surtout lorsque l’on sait qu’un grand nombre souhaite proposer un système avec de grandes similarités. Par exemple le NEO avec l’ETH ou l’EOS. Peut être que la technologie développée par le projet français ARK Ecosystem avec sa technologie Smart Bridge à une chance à jouer.

Voici une citation de son cofondateur et CEO François-Xavier THOORENS :

« Aujourd’hui on a développé une technologie qu’on appelle Smart Bridge qui permet de lier les blockchains. Il y a beaucoup de side chains qui existent et se lancent : Cosmos, Polkadot ou Loopring notamment. Nous, on est pragmatique. Pour le moment on reste sur une communication centralisée. Décentraliser une communication c’est compliqué, c’est similaire au sharding. Ce dont je vous parle existe déjà. On peut utiliser les protocoles et même faire une transaction ARK, l’envoyer sur le service de communication et ça va appeler un smart contract Ethereum. On reste très pragmatique, on ne sera pas forcément aussi excitant ou “parfait” que Ethereum mais le jour où on arrivera à décentraliser les communications interchains, on l’utilisera. Pour le moment ça n’est pas fait, mais on aimerait que ça marche. »

L’interopérabilité serait bénéfique à l’écosystème cryptographique

Charles Hoskinson, cofondateur de Cardano (ADA)

Charles Hoskinson, cofondateur de Cardano (ADA)

Hoskinson envisage une convergence des normes au cours des trois à cinq prochaines années. La convergence des normes pourrait rapprocher l’ensemble de l’industrie des cryptos de l’interopérabilité. Les informations et les valeurs pourraient ainsi facilement être échangées entre les différents systèmes. Non seulement les transferts pourraient être faits entre monnaies virtuelles comme le Bitcoin (BTC), le Litecoin (LTC), l’Ethereum (ETH) et autres, mais également entre les institutions et systèmes financiers traditionnels. L’industrie n’en est peut-être pas encore là, mais Hoskinson est confiant sur le fait qu’elle y parviendra bientôt.

L’interopérabilité apporte une solution au problème imminent de la surcharge institutionnelle. Tandis que Main Street et Wall Street sont peut-être plus familiers avec le BTC, la cryptodevise la plus connue présente des limitations auxquelles peuvent pourtant remédier d’autres projets crypto. En outre, l’ETH ou TRON par exemple offrent aux utilisateurs une expérience tout à fait différente. Une caractéristique qui pourrait prendre de l’importance avec une interopérabilité accrue de l’industrie.

Selon le fondateur de Cardano, les consommateurs se sont habitués à l’idée de se connecter simplement au réseau Wi-Fi quand ils utilisent leur téléphone portable, peu importe qu’ils soient en Corée, au Japon, en Afrique du Sud ou en Amérique. Il pense qu’il n’y a pourtant aucune raison de croire que c’est facile. Hoskinson a conclu en disant que « ce résultat est le fruit du travail de toute une industrie ».  Il aimerait que le monde des cryptoactifs s’en inspire.

A lire également :

> Une carte de paiement Cardano (ADA) est maintenant disponible
> Qu’est-ce que le Ravencoin ?

CryptoActu se veut être un média particulièrement objectif et impartial dans ses propos. Les règles éditoriales que nous avons mises en place interdisent à l’équipe rédactionnelle de conseiller des mouvements et des positions de trading ou d’investissement.

Commentaires

20 Partages
Partagez
Tweetez
Partagez
Advertisment ad adsense adlogger